Comment choisir un châssis simracing ?

Choisir un châssis simracing c’est une très grande étape dans la vie d’un pilote virtuel. Très souvent, notre cockpit va nous suivre pendant des années et des années en course. En plus de ça, c’est l’une des pièces de matériel simracing qui est la plus chère à l’achat. Il faut donc s’assurer de faire le BON choix pour n’avoir aucun regret et surtout prendre un maximum de plaisir !

Aujourd’hui, je vous propose qu’on passe en revue les questions que je conseille TRES vivement de vous poser AVANT de passer à l’achat. Evidemment, vous êtes libre de suivre ou pas ce conseil… Si vous ne voulez pas répondre à ces questions vous pouvez passer directement à ma liste des meilleurs cockpits simracing. Pour ça, il vous suffit cliquer sur la section qui vous intéresse dans le sommaire juste en dessous 😉

Les questions à se poser avant d’acheter un châssis simracing

Mais sincèrement, prendre le temps de vous poser les quelques questions que je vous livre pour commencer… C’est le meilleur moyen de ne pas faire de bêtise que vous pourriez regretter. Bon, ça c’est dit ! On peut avancer 🙂

Quel espace avez-vous prévu pour votre châssis simracing ?

Ca peut paraître bête dit comme ça, mais les cockpits c’est souvent plus gros que ça en à l’air sur les photos. Il faut donc impérativement que vous sachiez en avance quel espace vous pouvez vraiment consacrer à votre passion.

Si vous avez la chance d’avoir une pièce dédiée à votre passion pour la course c’est super ! Mais si comme moi vous n’avez de la place que dans le salon c’est une autre histoire. Je vous invite donc à prendre des mesures de l’espace disponible. N’oubliez pas que cet espace doit être à proximité directe de prises électriques si vous ne voulez pas finir avec des rallonges partout dans la baraque !

D’ailleurs l’espace que vous avez va définir pas mal de choses pour la suite. Si vous n’avez l’espace suffisant pour un châssis fixe, il faudra prendre un cockpit pliable et donc faire des compromis sur certains aspects techniques (on en reparle plus tard).

En plus de ça, avoir la place pour un châssis fixe, c’est bien mais si votre rêve c’est d’avoir 3 écrans, alors comptez le double de largeur !

Bref, vous m’avez compris, MESUREZ l’espace RÉEL à disposition. Sans ça, soit vous allez être déçu, soit vous allez vous faire incendier par votre famille parce que plus personne n’a accès à la table du salon… (oui oui c’est du vécu ^^)

OH ! Une autre petite astuce tant que j’y pense :
Évitez de placer votre cockpit près d’une fenêtre ou avec des lumières qui arrivent par derrière. Ca vous évitera les reflets dans l’écran qui sont hyper fatigants pour les yeux et peuvent vous empêcher de voir quelque chose d’important en piste.

Alors, quelle place vous avez concrètement ? Non non ne vous contentez pas de hocher la tête en souriant ! Mesurez et notez. Aller ! 😉

Quel budget pour votre cockpit simracing ?

OK, vous avez mesuré l’espace disponible, si besoin vous avez négocié avec votre moitié(e) pour dégager la table basse qui sert à rien près du guéridon de la tante Marie… C’est bien beau mais maintenant il faut parler pognon.

Quel budget vous pouvez consacrer à ce projet ? 300, 500, 700, 1000€, plus ? Selon la réponse à cette question vous n’aurez pas du tout accès aux mêmes prestations. Concrètement il y en a pour tous les prix. Je vous parlerais des solutions de cockpits selon les budgets plus bas dans l’article mais vous devez en amont avoir vraiment pensé au budget. Sinon vous risquez d’être très surpris ou très déçu  😉

Alors, quel budget réaliste vous comptez allouer à ce projet ?

Qu’est-ce qui est vraiment important pour vous dans le simracing ?

Avoir un budget c’est bien… Mais au fond, pourquoi vous voulez vous embarrasser d’un châssis simracing ? Est-ce que c’est pour vous faire plaisir et se détendre une ou deux heures par semaine ? Ou alors vous êtes déjà bien accroché à l’univers des pistes virtuelles et vous voulez un vrai cockpit pour passer au niveau supérieur ? Peut-être que vous voulez vous entrainer pour des compétitions ESports ? Peut être même d’endurance ?

Vous vous en doutez, selon votre réponse ici aussi, les cockpits ne seront pas du tout les mêmes. On n’aura pas du tout les mêmes exigences quand on veut juste se détendre sur Gran Turismo 7 deux ou trois heures par semaine ou quand on prépare un championnat ESports d’endurance.

Comme votre utilisation va définir un niveau d’exigence, il faut savoir ce que vous attendez du simracing aujourd’hui. C’est bon vous avez noté vos attentes ? Alors on peut passer à la suite.

Quel matériel simracing vous allez installer ?

Bon, ça y est vous savez ce que vous attendez du simracing mais ce n’est pas fini. Maintenant il faut qu’on fasse le point sur le matériel que vous voulez installer dessus.

Si vous roulez sur des bases à faible puissance comme une Logitech, une Thrustmaster ou encore les modèles à courroie de Fanatec, alors vous n’avez pas trop à vous en faire.

Par contre si vous êtes sur Direct Drive par exemple avec le Fanatec CSL DD / GT DD Pro, le Moza R9, ou encore le Simagic Alpha Mini, tous les châssis ne seront pas adaptés. Et si vous avez des bases Direct Drive plus puissantes, les choix rétrécissent encore un peu plus.

Pourquoi ? Parce que pour encaisser la force d’un Direct Drive, votre cockpit devra être plus rigide, plus résistant. Ce veut souvent (mais pas toujours) dire plus cher aussi.

La questions se posera de la même manière sur les accessoires que vous comptez installer. Est-ce que vous avez un shifter (boite de vitesse) ? Ou bien un frein à main ? Si c’est le cas il faut le prendre en compte car tous les cockpits ne proposent pas des solutions pour les installer directement.

Quelles optimisations pour votre châssis simracing au fil du temps ?

Le simracing, c’est souvent avant tout une passion. Et vous savez comment c’est les passions… On commence avec un petit volant pas cher, on se prend au jeu et en quelques mois ou quelques années on finit avec l’équivalent d’une écurie de F1 dans le salon.

J’ai remarqué une chose parmi mes amis simracers, c’est que tous sans exception finissent par drastiquement faire évoluer leur matériel au fil du temps. Aussi, même si vous vous dites aujourd’hui qu’un simple châssis fixe sans fioriture fera l’affaire, dans quelques mois je vous parie que vous chercherez comment l’améliorer.

Souvent ça va commencer par un bras pour poser votre Shifter et ou votre frein à main. Et puis quelques mois passent encore et vous vous dites qu’un support de clavier ça serait quand même vachement pratique… Oh et puis deux ans plus tard, vous avez vachement envie de vous offrir des vérins !

Bref. Votre matériel va évoluer, alors prenez un châssis qui est capable d’évoluer avec vous et vos envies. On peut parfois être tenté d’économiser quelques dizaines d’euros pour un modèle moins évolutif. Et vous savez quoi ? C’est une erreur monumentale. Parce que le jour où vous voudrez faire évoluer votre matériel, il faudra vous débrouiller pour vendre votre châssis et recommencer votre recherche…

Ah oui, au fait, vendre un châssis c’est chiant. Personne ne veut payer les frais de port exorbitants, du coup vous vous retrouvez limité à essayer de le vendre autour de chez vous.. Non, franchement épargnez vous cette peine, prenez directement un modèle qui est capable de vous suivre pendant des années d’évolutions.

Et pour ceux qui se disent qu’ils ne voudront jamais évoluer, que les vérins c’est trop cher et que les triple screen ça sert à rien… Rappelez-vous qu’il y a quelques mois encore, un Direct Drive coûtait au minimum un smic mais que tout évolue et que la technologie finit toujours par baisser.

Ah au fait, vous avez quel gabarit vous ?

Ca c’est un facteur de taille si j’ose dire. Avant de commencer à baver devant tel ou tel modèle de cockpit, il faudrait déjà savoir si ce cockpit sera à votre taille. Si vous pensez acheter un châssis simracing fixe ou dynamique, avoir la bonne taille de siège baquet est indispensable. Il en va de votre confort et en fin de compte du plaisir de jeu tout simplement.

La plupart des marques proposent différentes tailles de baquets. Mais votre morphologie n’est pas la seule chose à prendre en compte. Il faut aussi penser à votre taille. Par exemple, le Trak Racer TR8 que j’ai à la maison me convient parfaitement (je fais 1,74m). Par contre il ne convient pas à Flo, qui fait un poil moins d’1,60m. Même en réglant le siège le plus en avant possible, elle a du mal à pousser à fond les pédales (surtout le frein). Avouons que c’est très problématique en course !

Les différents types de supports

Maintenant qu’on a répondu à toutes ces questions, on peut commencer à parler des cockpits du marché. Il existe 3 grands types de châssis simracing.

  • Châssis pliables : ils prennent peu d’espace et peuvent être rangés dans un placard quand vous ne vous en servez pas. C’est un bon choix pour les joueurs occasionnels ou ceux qui ont très peu de place disponible.
  • Les châssis fixes : ceux-ci sont plus encombrants et demandent un espace dédié. Ils sont beaucoup plus rigides que les cockpits pliables et permettent d’embarquer des volants plus puissants. La plupart du temps ils sont très évolutifs mais il faut bien penser à vérifier ça avant de sortir la carte bleue.
  • Châssis dynamiques : ils sont montés sur vérins et concrètement si c’est un premier achat, oubliez. Ce sont des modèles qui coûtent le prix d’une petite voiture neuve. Vous penserez aux supports dynamiques quand vous aurez déjà pas mal de kilomètres virtuels au compteur et la certitude que c’est ce que vous voulez.

A quoi il faut faire attention en choisissant un châssis simracing ?

J’en profite pour vous donner les points de vigilance à avoir en tête quand vous choisissez un modèle. On peut parfois trouver un cockpit qui a l’air génial sur le papier, qui colle à tous nos critères mais être finalement déçu de son choix. La faute à des paramètres qu’on a pas pris en compte.

Alors sur quoi être vigilent ? Et bien la première chose : moins il y a de pièces mieux c’est. C’est à dire que quand vous comparez les châssis simracing, ayez une préférence pour les modèles qui nécessitent le moins de points de montage.

Pourquoi ? Parce que chaque pour de montage, chaque raccord entre les pièces est un point de flexion potentiel. Sur un cockpit on a besoin de rigidité. Plus le châssis sera rigide, plus on sera en capacité de ressentir tous les petits détails que nous envoie le retour de force de notre volant.

En plus de ça, la flexibilité à long terme ça veut dire une probable usure des pièces et une durée de vie raccourcie. On s’est compris ? Moins y’a de pièces mieux c’est.

Et le second point qu’on oublie parfois, c’est le confort du siège. Ne faites pas la même erreur que moi en voulant faire quelques dizaines d’euros d’économies sur le baquet… Concrètement ça finit en mal de dos au bout de quelques heures. Un bon soutien des lombaires fera toute la différence, surtout pour les possesseurs de pédaliers Load Cell. Au bout de centaines de freinages votre bas du dos en prend un bon coup si vous n’avez pas un siège adapté.

BON ! On peut enfin passer aux modèles. Ahhh je vous entends penser très fort « Bon sang c’est pas trop tôt !! ». Je sais, j’en ai beaucoup dit, mais c’est pour votre bien et celui de votre porte feuille. Voilà donc les modèles que je recommande actuellement.

Next Level Racing Wheel Stand 2.0

Next Level Racing fait partie des incontournables de l’univers des cockpits. Leur modèle Wheel Stand 2.0 est particulièrement intéressant si vous n’avez pas beaucoup de place à la maison. C’est un stand pliable très bien conçu et suffisamment rigide pour toutes les bases à courroies du marché.

  • Type : Pliable
  • Dimensions : Maximum 92,5cm de long, 57,5cm de large et 78,5 cm de haut
  • Position de pilotage : Rallye / GT
  • Confort : Dépendra de votre chaise de bureau
  • Réglages : Hauteur, inclinaison de la base, inclinaison et distance du pédalier
  • Matériaux : Acier
  • Rigidité : 7/10
  • Upgrades possibles : Peut être carrément transformé en cockpit complet, Next Level Racing a une gamme très très vaste d’add-ons.
  • Tarifs : A partir de 229€ TTC
Top !
  • Livré avec le support levier de vitesse et frein à main
  • Le système qui maintient votre chaise en place pour ne pas vous autopropulser au fond de la pièce en cas de freinage violent
  • Rapport qualité prix
  • Des upgrades infinies ou presque
Moins top…
  • Déconseillé pour les bases Direct Drive au delà de 5Nm. (Un autre modèle existe spécialement pour ça)

Cockpit RSeat P1

RSeat c’est une marque française qui produit des cockpits simracing de haute qualité. C’est simple, même Barry Rowland de Sim Racing Garage a dit du modèle P1 que c’est le modèle de cockpit préfabriqué le plus rigide qu’il ait testé. C’est dire !

  • Type : Fixe
  • Dimensions : Minimum sans options 1,78m de long pour 0,60m de large (sans options). Comptez 1.10m de largeur max avec un support triple écran.
  • Taille du pilote : 1,27m à 2m
  • Position de pilotage : Rallye / GT
  • Confort : Le châssis peut être livré avec des baquets Sparco ou RSeat. Dans les deux cas c’est la qualité qui prime !
  • Réglages : Siège et pédalier sur glissières et inclinaison.
  • Rigidité : 10/10
  • Upgrades possibles : Bras pour Shifter, frein à main, support clavier et souris, support d’écran, support Buttkicker, support tablette et Button box, montage pour base Simucube.Passage en châssis dynamique avec un système D-Box.
  • Tarifs : A partir de 769€ TTC
le châssis simracing RSeat P1
Top !
  • Disponible en 7 couleurs
  • Le châssis simracing préconstruit le plus rigide du marché
  • Accessible à tout types de tailles de pilotes
  • Les options réglages permettent de trouver la position idéale rapidement
Moins top…
  • Certaines options sont chères payées

Le Trak Racer TR8 Pro

Le nouveau TR8 Pro est arrivé avec pas mal d’évolutions qui le rendent bien plus attractif que l’ancien TR8. Des réglages bien plus poussés, une rigidité améliorée et un rapport qualité prix finalement plus intéressant.

  • Type : Fixe
  • Dimensions : 100cm de long par 70cm de large et 70cm de haut
  • Taille du pilote : de 1,55m à 2m
  • Position de pilotage : Rallye / GT
  • Confort : Le châssis peut être livré avec un baquet Trak Racer. Attention toutefois à choisir un modèle adapté, pensez à vos lombaires ! Vous pouvez aussi installer n’importe quel autre baquet du marché.
  • Réglages : Siège et pédalier sur glissières, inclinaison. profondeur et inclinaison de la base du volant.
  • Matériaux : Acier,
  • Rigidité : 9/10
  • Upgrades possibles : Support d’écran, support de Buttkicker, support de frein à main et shifter, roulettes, support d’enceintes.
  • Tarifs : A partir de 659€ TTC
Top !
  • Superbe évolution par rapport au TR8 premier du nom
  • Réglages très poussés
  • Prix intéressant
Moins top…
  • Leurs sièges baquets n’offrent pas tous un support aux lombaires agréable.

Playseat F1 Intelligence

Là, j’avoue qu’on passe dans une catégorie moins accessible aux porte feuilles. Mais quand on aime on ne compte pas c’est bien ça ? Le Playseat F1 Intelligence fait partie des modèles haut de gamme de la marque et on le retrouve même dans l’appartement monégasque de Charles Leclerc.

  • Type : Fixe
  • Dimensions : 168cm de long pour 61,5cm de large et 73,5cm de haut
  • Taille du pilote : de 1,60m à 1,85m
  • Position de pilotage : Formula
  • Confort : Le siège offre un maintient parfait
  • Réglages : Siège, inclinaison et distance du pédalier, inclinaison de la base du volant.
  • Matériaux : Acier
  • Rigidité : 10/10
  • Upgrades possibles : Tapis de sol
  • Tarifs : A partir de 2.499€ TTC
Top !
  • Niveau position de pilotage Formula on en peut pas rêver mieux.
  • Finition impeccable (évidemment)
  • Réglages efficaces.
Moins top…
  • Loin d’être accessible à tout le monde avec ce tarif…
  • Accessibilité limitée selon votre gabarit.

RSeat G1 1500

RSeat a créé la gamme de châssis dynamiques G1 en partenariat avec D-Box (créateurs de systèmes haptiques). Evidemment ce n’est pas vers ce type de système qu’un débutant devrait se diriger. Mais si vous êtes un féru passionné de simracing et que vous voulez pousser plus loin encore vos sensations, alors ça peut clairement valoir le coup.

  • Type : Dynamique
  • Dimensions : 200cm de long, 100cm de large et 100cm de haut.
  • Taille du pilote : de 1,27m à 2m
  • Position de pilotage : Rallye / GT
  • Confort : Le châssis peut être livré avec des baquets Sparco ou RSeat. Dans les deux cas c’est la qualité qui prime !
  • Réglages : Siège et pédalier sur glissières. Inclinaison du siège et du pédalier. Système haptique D-Box.
  • Matériaux : Acier
  • Rigidité : 10/10
  • Upgrades possibles : Bras pour Shifter, frein à main, support clavier et souris, support d’écran, support Buttkicker, support tablette et Button box, montage pour base Simucube.
  • Tarifs : A partir de 11.998,80€ TTC
Top !
  • Des sensations de course encore plus poussées.
  • Tout les avantages du RSeat P1 !
  • Vérins D-Box, gage de qualité et de durabilité.
Moins top…
  • Vous aviez un P.E.L. ? C’est fini !

Alors, vous savez sur quel modèle partir ?

Bon, j’espère sincèrement que ce guide sur le choix d’un châssis de simracing vous aura éclairé et aidé. Choisir un cockpit c’est quelque chose qui doit être réfléchi car généralement on va garder cette structure pendant de nombreuses années.

Si ce guide vous a plu n’hésitez pas à le partager à vos amis simracers, peut être qu’eux aussi trouveront des réponses à leurs questions grâce à vous 🙂

Le blog Simracing de Sam et Flo
Logo