Coup de coeur

Test du pédalier Asetek Forte : le frein qui fait gagner 1sec/tour

L’univers des pédaliers simracing, on doit l’avouer, c’est un joyeux bazard. Les technologies n’évoluent plus depuis des années, les joueurs ont le choix entre des copies de copies de copies… Et au final, personne ne sait quel modèle choisir. Mais au cœur de ce chaos, il y a encore des marques qui veulent apporter du neuf. Le pédalier Asetek Forte fait justement partie de ces produits qui ont pour ambition d’amener du mieux chez le simracer, sans pour autant l’assassiner financièrement.

Asetek nous a envoyé un exemplaire de leur pédalier milieu de gamme pour qu’on puisse en faire un test complet. Proposé à un tarif qui varie entre 449 et 545€, c’est un modèle qui se positionne juste au dessus du Fanatec Clubsport V3 en terme de tarif. Mais la marque a pour ambition de le rendre comparable aux modèles haut de gamme hydrauliques en terme de ressenti et de performances.

Pendant ces essais, nous allons vous expliquer précisément tout ce qu’on a vécu en terme de réglages, confort, performances… Le tout pour définir ensemble si c’est un pari réussi pour la marque Danoise. Et surtout si ce modèle a sa place dans votre châssis simracing 😉

Test du pédalier Asetek Forte : le frein qui fait gagner 1sec/tour
Un modèle très réussi au rapport qualité/prix excellent et qui en plus est évolutif. Attention toutefois, il ne conviendra pas à tout le monde. Sa pédale de frein très dure même avec l’élastomère le plus tendre demande quelques jours pour s’y adapter. Une fois cette phase terminée on peut enfin gagner en performances.
Compatible PC uniquement
Il nous plait pour…
  • Finition impeccable et à la hauteur des modèles haut de gamme
  • Enorme précision dans l’accélérateur et le frein
  • 3 élastomères livrés de série pour trouver votre ressenti idéal
  • Tous les réglages se font sans outils et en quelques secondes et sans avoir à retirer le pédalier du châssis
  • Il est possible de faire évoluer le pédalier au fil du temps, par exemple avec le module hydraulique Asetek T.H.O.R.P.
  • Le logiciel RaceHub qui permet de créer des courses de captation 100% personnalisées
  • 1 seconde au tour gagnée avec ce pédalier, je crois que ça parlera à n’importe quel simracer non ?
Attention à…
  • Demande un temps d’adaptation pour s’habituer à ce frein très dur
  • En chaussette c’est utilisable mais sur de longues sessions il faut vraiment penser à mettre des chaussures
  • Le trou de fixation arrière droit demande de percer votre support de pédalier dans la plupart des cas
  • Il est impératif d’avoir un châssis où le fixer
  • Réglages de l’écartement des pédales impossible sur la version basique (mais possible sur la version Forte S)

Le pédalier Asetek Forte techniquement ça donne quoi ?

le pédalier Asetek Forte dans sa version 2 pédales attachées
CompatibilitéPC
Pédales2 (Accélérateur + frein)
AccélérateurMouvement à ressort
Capteur Magnétique
Résolution de 16 bits
2 ressorts fournis (Medium, Dur)
FreinMouvement à élastomères interchangeables
Capteur de charge (Load Cell)
Résolution de 16 bits
3 élastomères fournis (Souple, Medium, Dur)
VibrationsNon
Connectique1 sortie USB-C vers PC ou base Asetek (fourni : 1 USB-C -> USB-A + 1 USB-C -> USB-C)
OptionsAsetek Forte Pedals S (pédales d’accélérateur et de frein sérapées)
Embrayage Invicta ou La Prima
Kit d’upgrade Invicta (module hydraulique + plaquettes de pédales)
Equerres repose pied

Design et ergonomie

Le design Asetek, on aime ou on n’aime pas. Mais s’il y a une chose qui mettra tout le monde d’accord, c’est la qualité des composants et des assemblages. C’est bien simple, on est face à un modèle tout Aluminium. De la plaque au plaquettes, tout est fait dans le même matériau.

La plaque repose pied a une finition bicolore (noire et alu brossé) et des rainures qui viennent donner du grip au talon de votre chaussure.

Puis, juste à l’avant du repose talon, on trouve une bande LED qui dont la couleur et l’intensité peuvent être réglé en quelques secondes via le logiciel RaceHub. Mais nous en reparlerons plus tard.

Ce qui attire l’œil, ce sont aussi toutes ces molettes et éléments oranges sur le pédalier. En réalité, il s’agit tout simplement de tous les réglages que vous pouvez actionner sans outils.

Car oui, mesdames et messieurs, enfin… Messieurs si j’en crois les statistiques de visite du blog… Tout sur ce pédalier est réglable à la main, sans même avoir besoin de retirer le pédalier du châssis une fois qu’il est posé !

De bas en haut on aperçoit les rainures du repose pied, la bande LED, le repose talon. Puis en orange les molettes de réglage d’inclinaison des pédales.

Un pédalier conçu pour durer

Tout respire la qualité, et pour cause, il s’agit précisément des mêmes composants que le pédalier Invicta, haut de gamme de la marque. Vous l’aurez compris, niveau matériaux on est sur du solide. Les bras de pédales par exemple sont capables d’encaisser une force de 700Kg avant de lâcher. Autant dire que vous allez devoir vous inscrire à la salle de sport si vous comptez les anéantir.

Mais la recherche de durabilité ne s’arrête pas là. Le cylindre de frein Load Cell est lui aussi pensé pour favoriser la durabilité des élastomères. Etant donné qu’ils sont pris dans un cylindre, on ne peut pas les suractiver et donc les user prématurément. Et la cellule Load Cell peut encaisser une force de 200Kg. D’ailleurs le frein parlons-en car c’est une nouveauté !

Le module M.L.C.P.C.

A l’arrière de la pédale de frein, on retrouve un étrange cylindre noir coiffé d’un imposant écrou orange. Il s’agit du Mecanical Load Cell Powered Cylinder (MLCPC), le système de freinage créé par la marque pour répliquer au maximum le ressenti d’un frein hydraulique sur un modèle Load Cell.

Ce cylindre, dans lequel est enfermé l’élastomère permet un mouvement de compression de 12mm par l’élastomère puis on arrive sur la seconde phase de freinage très très dure cette fois. Cette seconde phase est gérée par le caoutchouc qu’on voit à l’arrière de la bague orange.

le module Load Cell MLCPC du Asetek Forte

D’ailleurs, on peut même dire que c’est un freinage en 3 phases. Dans un premier temps vous pouvez choisir d’avoir ou non une zone très tendre qui va simuler le mouvement mécanique naturel de la pédale. Ensuite vous avez la phase dure de l’élastomère qui simule la mise en pression de l’hydraulique. Puis enfin la phase très dure qui permet d’avoir l’impression de pousser contre un mur tout en étant capable de gérer au mieux ses freinages dégressifs.

Ce qui est intéressant de noter c’est que ce système n’envoie pas directement la charge sur la cellule Load Cell. En réalité, c’est le mouvement de l’élastomère qui va permettre la compression d’un ressort qui lui est relié au Load Cell. De cette manière, vous pouvez changer de dureté d’élastomère sans jamais avoir à recalibrer votre pédalier. Pratique pour ceux qui veulent modifier la dureté du frein selon le type de véhicule piloté !

Installation du pédalier Asetek Forte sur le châssis

On passe ensuite à l’installation sur le châssis, car oui : châssis obligatoire, évidemment. Asetek livre dans le carton absolument tout ce qu’il faut. La visserie est complète, on trouve même des écrous en T pour les possesseurs de châssis en profilés alu. Les clés Allen sont aussi fournies.

Bref, on pose les 4 écrous et on y va non ? Et bien pas forcément. Les emplacements de vis ne sont pas standards ce qui fait que certains d’entre nous devront d’abord percer leur plaque de châssis. Rien de bien sorcier ni de nouveau, c’est malheureusement souvent le cas.

le matériel fourni avec le pédalier
Tout le matériel fourni avec le pédalier

Pour la connexion, ça se passe via USB. Vous pouvez soit brancher le pédalier directement au PC soit à votre base Asetek. Dans tous les cas, les câbles sont fournis.

Vous remarquerez par contre que le port USB est dirigé vers l’intérieur du pédalier. Vous devez donc brancher le câble puis le faire revenir en arrière pour le sécuriser avec un collier colson fourni.

Mais pourquoi ne pas directement diriger le port USB vers l’extérieur ? On a posé la question à Asetek. Ils ne voulaient en aucun cas qu’on puisse arracher le câble par mégarde ou qu’on puisse abimer le port USB.

Le port USB-C et à sa gauche le petit relief carré dans lequel on va insérer le collier colson pour sécuriser le câble.

Les réglages deviennent un jeu d’enfant !

Régler un pédalier simracing n’a jamais été aussi simple. Vous en avez mare de ramper sous votre châssis avec une caisse à outils et la tête qui cogne contre les supports en acier ? Le Asetek Forte se règle intégralement à la main en quelques secondes.

Les réglages de l’accélérateur :

  • Angle de la pédale
  • Butée
  • Dureté du ressort (2 ressorts livrés)
  • Pré-chargement du ressort pour augmenter la dureté de l’attaque

Les réglages du frein :

  • Angle de la pédale
  • Zone de mouvement avant d’arriver à l’élastomère
  • Dureté de l’élastomère (3 modèles livrés)

Régler le logiciel RaceHub

Vient ensuite le temps du calibrage du pédalier sur le logiciel RaceHub. Zones mortes, limite de pédale, courbe de progression… Vous pouvez faire ce que vous voulez et plus encore.

C’est aussi dans ce logiciel que vous pourrez modifier la couleur de la bande LED du pédalier. Pas grand chose d’autre à dire sur un logiciel qui est extrêmement simple tout en étant complet.

Confort et sensations : la claque (mais pas tout de suite)

André Eriksen, le PDG d’Asetek a voulu que ces pédaliers répliquent à l’identique ce que sa propre expérience des voitures de course lui a appris. C’est à dire des freins très durs avec une course de pédale très courte. C’est quelque chose d’assez peu courant dans l’univers du simracing. On est d’habitude bien plus affaire à des pédales molles et à course longue, surtout dans cette gamme de prix.

Alors est-ce que ce frein, si différent de ce qu’on trouve sur le marché de la simu est vraiment bon ? Et qu’est-ce qu’il peut apporter au joueur en terme de ressenti et de performances ? Non de non j’ai hâte de le savoir alors j’embraye sur le test !

Ma première (grossière) erreur

J’étais tout excité à l’idée de commencer, Flo aussi. Bref, c’était la folie à la maison. Le hic, c’est que pendant ces premiers tests j’ai commis une erreur qui m’a fait perdre pas mal de temps et causé beaucoup de frustration… Je vous explique : Vous vous souvenez que Asetek livre 3 élastomères avec le pédalier ?

  • Souple pour les véhicules de route
  • Medium pour les GT
  • Dur pour les Formules et Prototypes
les élastomères livrés avec le pédalier Asetek Forte
Ci-dessus : Souple – DUR – Medium

De base, la pédale de frein est équipée de l’élastomère Medium. Et le Medium, c’était déjà vachement plus dur que tous les pédaliers qu’on avait eu entre les pieds. Du coup j’ai fait quelques tours de roue avec et puis j’ai voulu essayer le dur. Sauf que pendant les quelques tours que j’ai fait avec le dur, je n’arrivais vraiment pas à freiner correctement. Soit je freinais trop peu et me retrouvais dans le bac à gravier, soit je pillais comme un malade en me jetant sur la pédale en bloquant les roues… Pour finir dans le bac aussi. Du coup par frustration, je suis passé sur l’élastomère souple.

Erreur fatale, vient le temps des regrets.

Ce que Gérald De Palmas aurait pu dire de ce premier test.

Je prends à nouveau la route virtuelle et tout se passe bien ! Il faut bien sur un peu de temps pour s’habituer aux freinage en deux étapes et à la course très courte mais je prends mes repères. Après quelques jour d’essai je suis suffisamment à l’aise pour coller à mes chronos habituels, tout se passe bien et je suis relativement content. Mais je n’ai pas l’impression d’améliorer mon ressenti ou mes freinages. Je stagne. C’est Flo qui va me faire comprendre que j’avais pris le problème à l’envers.

Il faut accepter le concept du pédalier pour l’apprécier

Avant d’aller plus loin, je dois vous dire un truc à propos de Flo. Elle aime les freins durs. Depuis qu’on a testé l’Invicta elle ne veut plus jamais entendre parler de freins souples. Du coup elle vire illico l’élastomère souple et le remplace par le dur.

Si vous n’avez jamais vu nos vidéos, pour info Flo, c’est 45Kg avec les fringues d’hiver et les Moon Boots. Du coup je suis sceptique. Mais elle adore ! Evidemment elle n’arrive pas à pousser le frein à fond mais elle adore le ressenti. Du coup je me dis que je devrais peut être réessayer le réglage le plus dur. Vous savez, celui que André Eriksen, PDG d’Asetek met en avant parce que c’est ça qui correspond aux vraies voitures de courses qu’il a piloté.

Erreur fatale, j’aurais du t’écouter…

Ce que j’aurais du dire à André Eriksen concernant la dureté de la pédale

Pour rappel, à ce stade, je suis déjà habitué à la course très courte du frein (ça va m’aider pour ce qui va arriver). Je prends la piste sur Assetto Corsa. La piste ? Suzuka. La voiture ? Le modèle VRC Formula Alpha 2022. Assistances au pilotage OFF. Je connais ce modèle comme ma poche, c’est la bagnole dans laquelle j’ai fait le plus de bornes cette année. Et ce circuit, je le ponce depuis que j’ai 9 ans sur tous les jeux de bagnole possibles. Si il y a un combo où je peux tout donner c’est celui là.

Quand on laisse l’Asetek Forte s’exprimer…

Je fais un premier tour de chauffe. Le frein est très dur mais j’ai l’impression que je le supporte bien mieux que la première fois. Je fais quelques petits tests de freinage pendant ce premier tour pour prendre mes repères et j’ai l’impression que j’arrive déjà à mieux gérer mes freinages dégressifs. Intéressant ! Peut être que je pourrais freiner plus tard alors ?

J’accélère à fond pour commencer mon hotlap ! Dès le premier virage, je tente une folie : freiner une vingtaine de mètres plus tard que d’habitude. Et ça passe ! Grace à un dégressif parfaitement réalisé j’arrive à doser parfaitement l’équilibre de la voiture et à ressortir comme une bombe. Les virages s’enchainent, le contrôle est total, je me sens comme un équilibriste en plein exploit. Chaque freinage est meilleur que le précédant, je prends confiance et je me mets dans des situations où habituellement j’aurais bloqué les roues ou perdu l’équilibre. C’est le pied. Après une dernière chicane sur le fil, j’arrive à pleine vitesse dans la ligne droite, j’enclenche le DRS eeeetttt….

RECORD PERSONNEL BATTU D’UNE SECONDE. Bon en fait un poil moins… 0.943 pour être précis mais quand même ! Une seconde, une P*T*IN de seconde. Vous vous rendez compte ? C’est un gouffre, un canyon. En fin de grand prix ça fait presque 1 minute d’avantage sur vos concurrents ! Et pourtant mon précédent record je l’avais fait avec un pédalier que je connais depuis des années et sur lequel j’étais (enfin je le croyais) hyper à l’aise.

Qu’est-ce qui rend l’Asetek Forte si performant ?

Mais qu’est-ce qui justifie cette performance ? Et bien si je devais résumer en un seul mot c’est « Dégressif ». Je n’ai jamais été aussi à l’aise dans mes freinages dégressifs avec aucun autre type de pédaliers. Tout ça grâce à la dureté de ce frein et à son ressenti qui fait vraiment travailler le muscle et la mémoire musculaire à fond. Et je peux vous garantir une chose, une fois que vous vous êtes habitué à ce degré de dureté et de précision, tout le reste ressemblera (comme le dit André Eriksen) à une patate molle.

Mais est-ce que le Forte propose le même ressenti que l’Invicta ?

En voilà une question pertinente. Car n’oublions pas que le système M.L.C.P.C. est conçu pour répliquer le module hydraulique de l’Invicta. Mais avant de répondre j’aimerais préciser, c’est très important qu’en tout et pour tout je n’ai eu l’Invicta que 3h30 entre les pates. Alors que j’ai utilisé le Forte pendant plus d’un mois quotidiennement.

Maintenant que c’est dit voilà ma réponse : Pas tout à fait. La grande différence entre les deux, c’est la dernière phase de freinage. Sur le Forte, vous avez ce caoutchouc sous la couronne qui donne encore un petit millimètre de trajet pour pousser le frein à fond. Sur l’Invicta quand c’est dur c’est DUR. Vous vous retrouvez littéralement à pousser métal contre métal. Et c’est l’hydraulique qui va aller transférer toute cette force dans le capteur.

Mais dans le ressenti général, le fait d’avoir ces deux phases de freinage bien distinctes et très dures, ça c’est quelque chose que font aussi bien le Forte que l’Invicta. Je dirais donc que le pari est plutôt réussi.

Faire évoluer son Asetek Forte au fil du temps

L’embrayage est une option qui vient s’insérer très facilement sur le pédalier. Un câble à brancher et c’est fait !
Le module THORP du pédalier Invicta
Le module T.H.O.R.P. du modèle Invicta s’installe en 3 minutes (1 boulon a dévisser, un câble à débrancher)

L’une des grandes force d’Asetek, c’est que leurs produits sont évolutifs. Vous vous souvenez quand je vous disais que le Forte était construit avec les mêmes pièces que l’Invicta ? Ce n’est pas un hasard. C’est tout simplement pour vous permettre de transformer votre pédalier milieu de gamme en haut de gamme. Il suffit d’acheter le kit T.H.O.R.P. une vis à desserrer, un câble à débrancher et c’est parti ! Il existe aussi deux embrayages, le La Prima et le Invicta qui permettent en quelque minutes d’ajouter une troisième pédale à votre ensemble.

Ce qu’on a pensé du modèle pédalier Asetek Forte Pedals

9.3Score Expert
Notre nouveau coup de cœur

C’est très rapidement devenu notre pédalier quotidien. La précision offerte par son frein et le ressenti qu’il donne sont uniques. D’ailleurs, il suffit de voir les retours d’expérience des joueurs qui ont vraiment pris le temps de comprendre ce modèle pour voir que notre cas est loin d’être isolé. Il a fait gagner beaucoup de perfs à beaucoup de gens.

Mais si vous le prenez, par pitié ne faites pas la même erreur que moi. Habituez vous tout de suite à l’élastomère dur. Ca sera compliqué les premiers jours mais vous serez récompensé 😉

Matériaux
9.5
Ergonomie et Design
9
Qualité de conception
9.5
Confort d’utilisation
8.5
Sensations
10
Il nous plait pour…
  • Finition impeccable et à la hauteur des modèles haut de gamme
  • Enorme précision dans l'accélérateur et le frein
  • 3 élastomères livrés de série pour trouver votre ressenti idéal
  • Tous les réglages se font sans outils et en quelques secondes et sans avoir à retirer le pédalier du châssis
  • Il est possible de faire évoluer le pédalier au fil du temps, par exemple avec le module hydraulique Asetek T.H.O.R.P.
  • Le logiciel RaceHub qui permet de créer des courses de captation 100% personnalisées
  • 1 seconde au tour gagnée avec ce pédalier, je crois que ça parlera à n'importe quel simracer non ?
Attention à…
  • Demande un temps d'adaptation pour s'habituer à ce frein très dur
  • En chaussette c'est utilisable mais sur de longues sessions il faut vraiment penser à mettre des chaussures
  • Le trou de fixation arrière droit demande de percer votre support de pédalier dans la plupart des cas
  • Il est impératif d'avoir un châssis bien rigide où le fixer
  • Réglages de l'écartement des pédales impossible sur la version basique (mais possible sur la version Forte S)
Test du pédalier Asetek Forte : le frein qui fait gagner 1sec/tour
Un modèle très réussi au rapport qualité/prix excellent et qui en plus est évolutif. Attention toutefois, il ne conviendra pas à tout le monde. Sa pédale de frein très dure même avec l’élastomère le plus tendre demande quelques jours pour s’y adapter. Une fois cette phase terminée on peut enfin gagner en performances.
Compatible PC uniquement
Sam

Sam

J’ai toujours rêvé de devenir pilote de F1 ou capitaine de paquebots. Finalement j’ai acheté un PC et je me suis mis au simracing. Avec Flo, on part régulièrement à la découverte de matériel et d’expériences simracing à partager avec vous que ce soit sur le blog ou sur la chaîne YouTube !

13 Commentaires
  1. Salut, sûrement un très bon pédalier mais me paraît un peu overkill pour mon usage… Question : est ce que le csl pedals lc, qui est réputé très court sur le frein, ne permet pas aussi de gagner cette seconde ? Au bout d’un moment, la mémoire musculaire doit faire son job, non ? (Et d’ailleurs même remarque avec votre v3 si configuré court/dur ?)

    • Très difficile de comparer l’entrée de gamme très rudimentaire de Fanatec et le Forte qui se place dans le haut de gamme en terme de performances ^^
      Malheureusement aucun autre pédalier qu’on ai testé (à part le Invicta) ne nous a permis de retrouver ce feeling très particulier que donne le Forte. C’est un autre monde en terme de ressenti. Si tu as l’occasion, teste un Forte tu verras tout de suite ce que André Eriksen veut dire quand il dit que c’est court et dur comme un mur. Pour le moment aucun autre pédalier ne nous a donné ce feeling ni ce niveau de précision dans le muscle (y compris des pédaliers à plus de 2.000 balles..).
      Mais en effet le tout est de savoir si c’est vraiment un truc dont tu as besoin ! Perso pendant presque 20 ans j’ai eu d’autres pédaliers qui m’allaient très bien et si je n’avais jamais testé les Asetek j’aurais probablement continué sans me poser de question. Mais j’ai testé… et je ne reviendrais pas en arrière 🙂

      • Ahah, merci pour la réponse Sam. Effectivement, ce pedalier semble avoir quelque chose de spécial, qu’il est peut être difficile à expliquer. Par contre si il fait vraiment gagner une seconde au tour, bien sûr que j’en ai besoin… Mais j’ai l’impression qu’il t’a fait prendre conscience qu’il fallait un frein court pour la performance. En tout cas c’est un bon produit, pas si chère que ça pour ce qu’il offre. Mais je n’aime pas trop l’écartement fixe…

        • Oui vraiment pas simple à expliquer, je vais essayer de clarifier : En fait le fait que ce soit si dur et court, t’as vraiment pas la sensation de faire bouger la pédale et quand tu relâches le frein tu as juste l’impression de relâcher le muscle sans qu’il y ait vraiment de mouvement. C’est juste incroyable la précision et la fluidité de mes freinages dégressifs depuis !

          Et pourtant c’était vraiment pas parti gagnant, il m’a fallu plusieurs jours pour « désapprendre » mon ancienne façon de freiner et réapprendre à ma jambe à faire son boulot (et se muscler un tout petit peu accessoirement ^^) mais ça en valait vraiment la peine.

          Après pour l’écartement t’as les versions « S » avec les pédales séparées mais c’est une option payante malheureusement..

  2. Concernant le Forte, le mécanisme semble être un faux load cell. On peut voir ça sur le test de Dan Suzuki (avec réponse de Asetek). C’est interessant. Je ne sais pas trop pourquoi ils ont fait ça, mais ça m’inspire pas. Le Pedals LC est lui un vrai Load cell 😉

    • André Eriksen a largement expliqué ce choix d’utilisation du Load Cell dans l’interview qu’on a fait avec lui. Il s’agit d’un Geared Load Cell. Dan est très sympa mais il n’a visiblement pas vraiment eu envie de comprendre le procédé qui en plus est utilisé par d’autres marques qu’il a lui même testé par le passé et personne n’a jamais rien trouvé à redire y compris lui ^^
      Encore une fois, vraiment, teste par toi même autant que possible, nous on ne peut que donner nos ressentis et nos vécus personnels. Le LC c’est du low cost. Ca fait le taf, c’est très bien pour démarrer dans de bonnes conditions. Asetek c’est du milieu et haut de gamme, pas du tout la même finition, pas du tout les mêmes ressentis, et pas du tout le même prix.

  3. Sûr, je ne peux me fier qu’à vos ressentis…
    Merci pour les infos, je vais aller voir votre interview. J’avoue j’avais sauté des passages car ce pédalier me semblait trop haut de gamme…

  4. Salut Sam, bon ça fait quelques jours que je parcours ce site Asetek.
    Et j’avoue être vraiment attiré par le bundle La Prima.
    Niveau rapport qualité/prix, difficile de trouver mieux.
    Mais :
    – On ne sait pas trop le prix à mettre pour passer du Prima au Forte, que ce soit pour les pédales, la base et le volant.
    – Je n’ai vu aucun test des bases et des volants. Juste quelques ressentis de ta part.
    – L’offre du bon à 200€ expire aujourd’hui mais je ne comprends pas comment ça fonctionne… Suffit d’acheter juste un pédalier Forte ?
    – Pas de redirection de ton site pour soutenir votre site ?
    – Ils parlent d’une augmentation de 50€ sur tout leurs produits principaux demain.
    Si tu as des infos, je suis preneur…

    • Salut Sylvain !
      Avec Flo on a essayé d’avoir les tarifs pour les upgrades mais Asetek a rien voulu lâcher ^^ Tout ce qu’on sait c’est que ça reviendra forcément un tout petit peu plus cher de prendre l’upgrade que de passer direct sur la gamme au dessus mais ça devrait pas être une différence énorme non plus.

      Pour le moment aucun test car Asetek n’a pas encore fourni de modèle à essayer (on devrait en recevoir un dans les jours/semaines à venir, dès qu’on les a on vous tiendra au courant et le test suivra 3 semaines plus tard pour qu’on ait le temps de faire le tour du matos correctement)
      Pour le bon d’achat, va voir directement sur leur Discord, tu pourras avoir de l’aide directement de leur part (essaie de chopper Hawri ou Kasper de leurs équipes, ils sont rapides et efficaces ^^)
      Normalement si tu passes par les liens qu’on a sur le site pour prendre le matos on touche quelques euros en effet ! Merci en tous cas pour le soutien 🙂

  5. Salut Sam, bon la CB me démangeait hier, mais je n’ai pas craqué.

    Je n’avais pas d’intérêt à le faire car le bon n’était pas applicable sur le bundle la prima, et l’augmentation des prix ne concernait pas les bundles. Donc je vais être très raisonnable et attendre votre test.

    Jusqu’à maintenant, je voulais m’offrir un CSL DD 8Nm + Volant McLaren + QR1 + CSL Pedals LC pour 1000€. Mais Fanatec n’a plus de stock depuis des mois. Ensuite les offres Logitech et Thrusmaster m’ont fait douter, sans me convaincre.

    Aujourd’hui, je me dis qu’il faut absolument rajouter 300€ pour avoir ce bundle La Prima. C’est hors budget mais je pense que ça en vaut la peine.

    Vivement votre test, et je vous souhaite une excellente année à Flo et toi.

    • Oui je pense que c’est plus sage d’attendre quelques semaines, au moins on sera fixé définitivement 😉

  6. Salut,
    merci pour votre test très détaillé!
    Sur le fanatec V3, vous êtiez en quelle config avec le Brake Performance Kit ? (perso je suis en rouge 13 et vert 12)
    Si le réglage d’une pédale « ultra » dure est bénéfique, j’me dis qu’il serait peut-être intéressant de passer en full elastomère rouge sur le V3 pour se rapprocher de ce type de sensation.

    • Salut Anthony 🙂 En effet on est passé sur du Full Rouge et damper sur le frein (au départ je l’avais posé sur l’accélérateur mais le gain en précision était finalement assez peu intéressant comparé à l’avantage de l’avoir sur le frein pour encore ajouter en dureté). Malgré tout, le V3 reste très loin de la dureté des Asetek, Heusinkveld, Venym ou Simagic pour ne citer qu’eux.

      Mais plutôt que mon simple avis de simracer, rendez-vous dans quelques jours sur le site et la chaîne YouTube pour avoir des retours d’expérience de vrais pilotes pros qui savent parfaitement à quoi un frein de GT, de Formula ou de LMP ressemble 😉

Laisser un commentaire

Le blog Simracing de Sam et Flo
Logo