Fanatec QR1 Lite : c’est vraiment la roulette russe ?

Est-ce que le Fanatec QR1 Lite met la marque allemande dans le pétrin ? C’est la question qu’on nous pose assez fréquemment depuis quelques semaines, et à juste titre !

Dans la grande bataille que se livrent Fanatec, Simagic et d’autres marques chinoises depuis peu dans la gamme des Direct Drive pas chers, il y a un détail qui semble devenir un critère de sélection chez certains joueurs. Il s’agit du Quick Release proposé par la marque.

Vous l’avez surement remarqué, c’est précisément sur ce point que s’adressent la majorité des remarques disons… Peu courtoises concernant Fanatec. Leurs QR1 et QR1 Lite seraient peu fiables et mal ajustés. Ces remarques m’ont toujours surprises puisque jusqu’à il y a quelques semaines, je n’avais jamais rencontré le moindre souci sur ces QR. Pourtant je peux vous dire sans prétention que du matos Fanatec j’en ai vu passer pas mal.

Mais ça, c’était avant le drame.

Aujourd’hui, je vous propose qu’on fasse un point sur les Quick Release Fanatec. Qu’on voit ensemble si vous pouvez faire confiance au QR1 Lite de manière générale. Et enfin comment régler les soucis qui peuvent parfois être rencontrés par des joueurs malchanceux comme je l’ai été.

Bon, déjà un Quick Release ça sert à quoi ?

Tout le monde n’est pas un simracer aguerri, donc assurons nous que tout le monde comprenne de quoi on parle. Un Quick Release c’est un système qui permet de connecter / déconnecter une roue de volant de l’arbre de direction rapidement. C’est un système très répandu sur les voitures de course, mais ça a été inventé au départ pour le cyclisme. Apparemment changer rapidement de guidon c’est important (oui j’apprends des trucs en rédigeant l’article aussi ^^).

Dans l’univers du simracing, un Quick Release permet de posséder plusieurs roues de volant qui viendront se connecter à la même base. L’intérêt c’est d’avoir des volants pour toutes les occasions. Par exemple, une roue type Formula pour les courses de F1 ou prototypes et une roue ronde pour les véhicules typés GT et route. C’est sympa, ça ajoute clairement en immersion et ça permet de se faire plaisir avec du beau matériel.

Le tout premier Quick Release pour un volant grand public a été sorti par Thrustmaster sur le modèle T500. A l’époque c’était une révolution ! Pourtant leur Quick Release n’était pas très pratique à l’utilisation. Fanatec a suivi de très près avec leur premier modèle plus abouti et qui est resté sans réelle concurrence pendant presque une décennie. Enfin… Sur le marché grand public d’accord ? Parce que sur le marché haut de gamme d’autres modèles très poussés existent évidemment.

Et puis la Grande Guerre des Quick Release a commencé

En 2019, la marque chinoise Simagic fait son arrivée sur le marché du simracing. Leurs produits sont excellents mais ils ont du mal à se faire connaitre du grand public. La faute a trop peu de moyens marketing. Par contre il y a un point sur lequel ils mettent tout le monde d’accord : leur Quick Release est TOP.

Rien d’étonnant ! Puisque c’est un modèle très largement inspiré par les modèles NRG, des véritables Quick Releases de compétition. Heureusement pour Fanatec, à l’époque personne ne connait la marque et le QR n’est pas encore un argument qui va guider le choix vers une marque plutôt qu’une autre.

Mais en 2021, Fanatec innove en sortant le tout premier Direct Drive grand public, le Fanatec CSL DD. En sortant ce modèle, les allemands créent de toute pièce une nouvelle gamme de produits dans l’univers de la simulation auto. Et qui dit nouvelle gamme dit nouveaux concurrents.

Le Fanatec CSL DD vs Simagic Alpha Mini vs Moza R9
Les trio infernal. De gauche à droite : Fanatec CSL DD – Moza R9 – Simagic Alpha Mini

Moza Racing, nouvelle marque chinoise qui a les crocs s’engouffre dans la brèche en sortant le Moza R9. Une base un tout petit peu plus puissante que le CSL DD, quasiment au même prix, mais avec pas mal de pièces de chez Simagic dont le Quick Release. Et surtout une campagne marketing très agressive qui les met très vite sur le devant de la scène.

C’est désormais acté, le Quick Release est un facteur d’achat décisif pour les joueurs qui veulent un Direct Drive d’entrée de gamme. La guerre est ouverte, et c’est pas toujours beau à voir. Pour retrouver les différents modèles, voilà l’article que j’ai rédigé sur la Grande Guerre des QR 🙂

Les défauts du Fanatec QR1 Lite ?

Dans ce contexte où chaque marque propose des QR de plus en plus performants (quitte parfois à en oublier l’essentiel mais ça c’est un autre débat…) le QR1 Lite fait pale figure. Un Quick Release en plastique que l’on doit venir visser à la main c’est pas le sommet de la technologie.

Le principal défaut du modèle plastique c’est avant tout sa flexibilité. Même bien ajusté, ses matériaux sont légèrement flexibles. Ca ne se sent pas forcément quand on roule mais qui dit flexibilité dit perte de détails de retour de force.

Flexibilité est aussi synonyme d’usure sur le long terme. Même si je n’ai pas rencontré de souci de ce côté là, je ne peux m’empêcher de penser que ce modèle doit fatalement avoir une durée de vie bien plus courte que son homologue en aluminium. Evidemment ce point là n’est qu’une spéculation de ma part.

Le second défaut, toujours dû à la flexibilité, c’est la perte d’immersion. Personne n’aime avoir la sensation d’avoir un jouet entre les mains quand il fait du simracing. Et ce modèle à tendance à vous le rappeler trop souvent.

Enfin, il bride le couple des bases DD1 et DD2 de la marque pour éviter tout risque de casse. Alors, je vous vois venir ! Oui quand on achète une base DD1 ou DD2, il est peu probable qu’on s’achète un volant entrée de gamme avec un QR1 Lite. Et je suis tout à fait d’accord. Mais le fait que je sois d’accord avec ce point de vue ne doit pas m’empêcher d’être honnête sur le fait que c’est aussi un point à compter dans l’équation.

En quoi le Fanatec QR1 Lite est une excellente idée ?

Mais il ne faut pas croire que tout est à jeter dans ce modèle ! C’est un modèle qui est efficace sur les bases à faible puissance (jusqu’à 8Nm de couple) et qui permet de réduire le prix du volant de presque 100€. C’est donc très pratique pour les produits d’entrée de gamme et c’est bien pour ça que ça a été pensé.

Mais malgré ça, il y a un défaut que je n’ai pas encore cité et qui change tout… Les mauvaises séries.

Le problème que j’ai rencontré avec le QR1 Lite

Quand j’ai reçu mon volant McLaren GT3 V2 je l’ai installé sur la base CSL DD. Au départ je n’avais utilisé que 5Nm de couple et n’ai pas eu de souci. Disons que c’était assez flexible mais rien d’alarmant. Les problèmes ont vraiment commencé quand j’ai poussé à 8Nm. Là à chaque virage je sentais que le volant glissant de quelques degrés autour de l’arbre de direction.

Et ne croyez pas que ce mouvement est normal ou anodin. Car au bout de seulement quelques dizaines de minutes, ça a commencé à créer des déconnexions entre le volant et la base.

Les pins de connexion en métal en prenaient plein les dents et j’ai décidé de stopper immédiatement l’expérience avant d’abimer ma base.

Les jours qui ont suivi j’ai essayé de comprendre d’où le problème pouvait venir. Est-ce que je l’avais mal installé ? Est-ce que l’arbre de direction ou l’intérieur du QR étaient gras ? Rien de tout ça.

J’ai donc décidé de commander un autre volant (le CSL BMW) lui aussi équipé du QR1 Lite pour « retenter ma chance ». Et miracle ! Les sensations étaient radicalement différentes. Le QR s’ajustaient très très bien sur l’arbre, j’ai même eu un peu de mal à l’enfoncer la première fois. Une fois la bague de serrage vissée, rien ne bouge d’un poil. Bref, le jour et la nuit !

En y regardant de plus près, il s’avère que ce sont les parois intérieures du QR qui sont plus fines sur certaines séries. Etant données qu’elles sont plus fines, il n’est pas possible de les serrer aussi fort avec le mécanisme de vissage (qui est équipé d’un stop). Du coup, ça a du jeu.

Mon QR1 Lite est mal ajusté, comment faire ?

Si vous avez le même souci que moi, évidemment la première chose à faire c’est d’envoyer un mail au SAV Fanatec. Ils sauront vous aiguiller pour remplacer votre QR rapidement. Mais si vous êtes comme moi (bref que vous avez la flemme !) Il y a aussi la fameuse méthode du scotch. Vous mettez su scotch sur l’arbre de direction. Ce n’est pas élégant mais ça a le mérite de fonctionner.

Mais si je pouvais pour donner une leçon que j’ai tiré de cette expérience c’est celle ci : Prendre un QR1 en alu d’entrée de jeu c’est quand même vachement plus pratique.

Que peut-on tirer de cette aventure ?

Et bien je dirais que le QR1 Lite c’est bien quand ça marche mais clairement le QR1 en alu est bien plus intéressant. La marque allemande nous promet depuis un moment déjà un nouveau modèle, le Fanatec QR2. On attend avec impatience sa sortie pour enfin mettre ces soucis derrière eux. Apparemment le nouveau modèle devrait sortir en 2023 !

Et en attendant je vous propose d’échanger sur le sujet en commentaires ! Est-ce que vous choisissez vraiment une marque par rapport à son QR ? Ou alors vous avez une aventure folle à partager avec le votre ? On se retrouve juste en dessous 🙂

Je serais ravi d'avoir vos avis !

Laisser un commentaire

Le blog Simracing de Sam et Flo
Logo