Coup de coeur

TEST & avis Rexing Mayaris 2 : la CLAQUE !

Aujourd’hui j’ai le plaisir de partager avec vous le test du Rexing Mayaris 2. Il s’agit d’un volant Formula équipé de 4 écrans, fait à la main et avec passion par l’entreprise Croate Rexing. Et vous allez le voir que ce soit sur sa finition, ses fonctionnalités, mais aussi son prix, ce volant à tout de déraisonnable. Je me suis pris une véritable claque lors du mois d’essais que j’ai pu passer à ses côtés et je vous partage tout de l’expérience que j’ai vécu !

10
TEST & avis Rexing Mayaris 2 : la CLAQUE !

Le Rexing Mayaris 2 en bref Coup de coeur

Le Mayaris 2, c’est un volant Formula de luxe qui clairement ne s’adresse pas au commun des mortels. Et ça tombe bien, parce que ce volant n’a rien de « commun ». Avec ses fonctionnalités ultra-complètes, ses écrans pratiques, lisibles et utiles ainsi que sa finition à couper le souffle, c’est à ce jour LE meilleur volant qu’on ait eu en test, point barre.
On l’adore pour…
  • Finition tout bonnement exceptionnelle.
  • Design très réussi.
  • Les fonctionnalités sont HYPER complètes et assez simples à prendre en main.
  • Le grand écran parfaitement lisible.
  • Les petits écrans OLED très utiles pour naviguer dans les fonctionnalités rapidement.
  • Un pur plaisir entre les mains, on ne veut pas s’arrêter de rouler avec le Mayaris 2.
  • SAV ULTRA-réactif.
Mais attention à…
  • Les encodeurs rotatifs situés juste au dessus des pouces sont assez tendres, si vous roulez avec des gants ça peut pousser à un manque de précision dans leur utilisation.
  • Il pourrait être judicieux que les boutons rétroéclairés aient des bordures sur leurs contours pour placer et centrer plus facilement les stickers.

Le Rexing Mayaris 2 techniquement ça donne quoi ?

Diamètre
Poids
29cm,
1,150Kg,
1,240Kg avec le troisième jeu de palettes en option.
MatériauxFibre de carbone, composite, aluminium, plastique.
GripsPolyuréthane
PalettesDe série : 2 palettes magnétiques pour les passages de rapports,
2 palettes analogiques pour le Dual Clutch.
En option : 2 palettes hautes Push/Pull pour DRS et Push-To-Pass ou accès à des fonctions supplémentaires. (150€).
Bruit d’utilisation palettes76dB
Boutons paramétrables10 boutons paramétrables rétroéclairés,
4 encodeurs rotatifs au niveau des pouces,
2 encodeurs rotatifs cliquables au niveau des pouces,
2 sélecteurs rotatifs 8 positions bridés aux positions 0 et 8.
1 sélecteurs rotatif au centre du volant à rotation infinie cliquable.
2 switches 7 positions.
Au total : 123 fonctions.
Compte tours11 LEDs paramétrables
Affichage drapeaux6 LEDs paramétrables
Écran1 écran 5 pouces tactile 854x480px.
3 écrans OLED affichage 3 lignes.
Quick ReleaseDe série : HUB en aluminium entraxes 3×50,8mm et 3x70mm.
En option : QR Asetek pré-installé (150€)
CompatibilitéPC – Toutes les bases du marché avec QR vendu séparément.
Prixà partir de 1360€ HT

Design et ergonomie

Dès la sortie du carton, première claque. Le design inspiré des volants F1 Mercedes est très réussi, bon ça c’est subjectif évidemment. Mais d’un point de vue finition, c’est tout simplement le volant le plus qualitatif que j’ai eu le plaisir d’avoir entre les pates pour une review.

Ce qui saute d’abord aux yeux, c’est son écran tactile de 5 pouces qui prend une place massive au centre du volant. Puis on découvre les 3 écrans OLED placés au dessus des encodeurs centraux et qui serviront à passer d’un mode d’utilisation à l’autre desdits encodeurs.

Les yeux s’illuminent en prenant toute la mesure de la finition carbone/époxy, finition brillante à l’arrière pour sublimer la fibre de carbone et mate à l’avant pour éviter les reflets. Cette coque en fibre sert de structure au volant qi n’a pas besoin de renforts internes pour assurer sa rigidité (qui est sans faille). D’ailleurs, pour pousser le vice, on peut préciser que l’équipe Rexing produit elle-même le matériaux !

Dans le carton :

  • Volant Rexing Mayaris 2
  • 4 planches de stickers pour customiser les fonctionnalités du volant
  • Cordon USB spirale de 2m
  • Visserie pour la pose de votre Quick Release
  • QR code vers la notice complète en ligne

Des fonctions à ne plus avoir qu’en faire

Autour de l’écran principal, on retrouve 11 LEDs fumées pour le compte tour et 6 LEDs pour les affichages de drapeaux. Les 10 boutons rétroéclairés ont un clic très satisfaisant qu’on a mesuré à une moyenne de 500gr pour un déplacement de 0.2 à 0.3mm (difficile malheureusement pour moi de faire une mesure plus précise dans cet ordre de grandeur). De chaque côté, autour des pouces on retrouve 3 encodeurs rotatifs + ; -. Les deux situés juste au dessus des pouces sont relativement tendres mais les deux autres sont plus durs et très précis. 2 switches 7 positions sont aussi de la partie. Enfin, on a aussi droit à 1 encodeur rotatif +- au centre qui dispose de 4 modes d’utilisation et 2 encodeurs 8 positions absolues (1 fonction par position) avec chacun 3 modes d’utilisation.

Des palettes efficaces et silencieuses

Pour les passages de rapports et le Dual Clutch, le Rexing Mayaris 2 est, de série, équipé de 4 palettes. Deux palettes magnétiques (pour les rapports) qui demandent 1,5Kg de force à l’activation. Elles sont d’ailleurs assez silencieuses avec un pic de bruit à 76dB. Le son est très « sourd » ce qui le rend vraiment peu perceptible et agréable. Les plaquettes de ces palettes sont en fibre de carbone dont les bordures sont chanfreinées. Et on peut aussi les régler en largeur grâce à 3 séries de trous espacées chacune de 5mm (soit un débattement total de 1cm sur la largeur.

Je passe maintenant aux palettes analogiques (mouvement à ressort) à capteur H.A.L.L. Elles seront pour la plupart des joueurs utilisées en tant que Dual Clutch. Leurs plaquettes sont elles aussi en carbone chanfreiné et leur activation à 100% demande 1Kg de force. Elles ne sont par contre par réglables en largeur mais leurs grandes plaquettes tombent parfaitement sous les doigts aussi bien à Flo qu’à moi qui n’avons pourtant pas du tout la même taille de mains.

Les palettes Push/Pull supplémentaires en option

Je passe maintenant à la troisième série de palettes qui est vendue en option au prix de 150€. Ces palettes viennent se positionner au dessus des palettes de passage de rapport. Cette fois, le mouvement est assuré par une bille de chaque côté du mouvement qui s’enfonce à l’activation. Les plaquettes peuvent être ajustées en largeur avec 2 choix espacés de 5mm. Elles demandent beaucoup moins de force, 500gr seulement, et il y a une raison à ça. En fait, ces palettes sont Push/Pull. Ce qui signifie qu’on peut les tirer mais aussi les pousser. Et étant donné qu’on va devoir faire ça avec le bout de l’index, avoir des palettes trop dures rendrait l’utilisation difficile.

Qui dit Push Pull dit 4 fonctions au lieu de 2 sur des palettes conventionnelles. Mais ce n’est pas tout, j’ai eu l’excellente surprise de découvrir que ces palettes pouvaient avaient aussi une fonction 100% customisable par le joueur et extrêmement utile : le multi-input.

Alors le Multi-input c’est quoi ? Et bien je vais pouvoir choisir par exemple que lorsque je pousse en avant la palette de gauche, ça envoie 2, 3, 5, 10 fois (par exemple), la fonction du bouton que je vais actionner en même temps. Vous n’avez rien compris ? Oui, c’est pas clair ^^ Je vous donne un exemple concret :

Cas d’utilisation concrète :

Dans mon cas j’ai choisi de faire en sorte que quand je pousse en avant la palette de gauche et que je presse en même temps un autre bouton/palette, ça envoie 10 fois l’input du bouton/palette que je viens de cliquer. Imaginons que je fasse un spin au milieu d’une course et que je sois contraint de faire une marche arrière. Plutôt que de cliquer 5 ou 6 fois sur ma palette de rétrogradage, je n’aurais qu’à pousser la palette du haut, cliquer une fois sur ma palette de rétrogradage et le volant rétrogradera tout seul 10 fois, m’envoyant donc en marche arrière.

Je peux aussi utiliser cette fonction pour changer rapidement d’équilibre de frein av/ar pendant une course sans avoir à cliquer plusieurs fois sur le bouton d’équilibrage ou tourner plusieurs fois un sélecteur rotatif. C’est extrêmement pratique en course et personnellement je ne peux maintenant plus m’en passer. Et bien sûr, je peux aussi choisir de mettre ce type de fonction sur n’importe laquelle des 4 positions de ces palettes.

Le premier volant équipé de 4 écrans, parce que pourquoi pas !

Ah oui, vous aviez remarqué j’imagine ? Il y a 4 écrans sur ce volant. Alors à première vue, on pourrait se dire que c’est un délire sans intérêt qui ne plaira qu’aux gogos du vroum vroum. Mais il n’en n’est rien ! En réalité, chacun de ses écrans à une fonction bien précise, et je vais vous en parler.

L’écran principal de 5 pouces est tactile. Celui-ci, pas de mystère, c’est celui que vous allez utiliser pour poser votre plus beau Dash ! Avec sa résolution de 854x480px, j’avoue que j’étais au départ un poil sceptique. je craignais que ça manque de clarté mais en fait pas du tout. C’est précis, net, et bien sûr 100% paramétrables avec SimHub.

Mais ça ne s’arrête pas là !

Bon, en réel les affichages sont parfaitement clairs, la photo ne lui rend clairement pas honneur mais on n’a pas réussi à faire mieux ^^

Au dessus de chaque encodeur rotatif central, on retrouve un écran OLED dédié. C’est sur ces écrans que vous allez retrouvé le mode et la fonction activée sur votre encodeur en temps réel. On peut changer la taille de l’affichage et renommer tous les modes et toutes les fonctions directement depuis SimHub.

Vous ne savez pas ce que c’est que ces modes et fonctions ? C’est normal, je vous en parle dans quelques minutes 😉

Si vous souhaitez que j’aille plus loin dans les réglages et que je détaille les options dispos sur SimHub, faites-le moi savoir en commentaires ! C’est tellement volumineux qu’il faudra alors un article dédié que je vous préparerais si vous m’en faites la demande.

Installer le Mayaris 2 sur n’importe quelle base

Pour installer votre volant sur la base de votre choix, le Rexing est équipé d’un HUB en aluminium avec 2 entraxes différents. Un entraxe 3×50,8mm et un entraxe 3x70mm. On peut donc y poser n’importe quel Quick Release du marché. Pour les possesseurs de bases Thrustmaster ou Logitech, Rexing propose de fournir sans frais supplémentaire un adaptateur QR imprimé en 3D.

Si vous faites le choix de le poser sur une base Fanatec, il vous faudra soit le Podium HUB pour que votre base active bien son retour de force. Soit un adaptateur Sim Racing Machine (SRM) qu’on avait déjà pu découvrir précédemment.

La connexion au PC se fait via un câble de 2m avec fixation aviation côté volant pour éviter tout arrachement et USB côté PC. D’ailleurs, connecter le volant à un port USB alimenté est recommandé mais pas obligatoire. Mais si vous remarquez que votre volant s’éteint et se rallume de façon intempestive, alors passez sur un USB alimenté résoudra le souci.

Le Quick Release Asetek peut être fourni directement avec le volant

Rexing faisant partie des partenaires Asetek, ils sont en mesure de fournir un QR Invicta directement installé sue le Mayaris 2, c’est une option proposée pour 150€ supplémentaires. Mais attention à un point ! Si vous prenez cette option, sachez que vous ne recevrez pas les accessoires (rallonges d’arbre) normalement fournies avec le QR Asetek.

Personnellement j’ai installé un QR Asetek Invicta que j’avais déjà à la maison. Rexing m’a fourni un mini câble pour connecter directement le volant au QR, finit donc le long cordon disgracieux à enrouler autour de l’arbre de direction et ça, ça fait plaisir !

Des fonctionnalités en veux tu en voilà !

Pas moins de 123 fonctions différentes sur ce volant à l’heure où j’écris ces lignes. Si je vous le précise c’est parce que selon les mises à jour on peut voir des nouveautés apparaître au fil du temps. Autant dire qu’il m’a fallu un peu de temps avant de m’habituer à cette profusion et de choisir quelles fonctions « en course » j’allais associer à tel bouton ou tel encodeur. Car le vrai talent de ce volant Rexing se cache dans les fonctionnalités poussées qu’il propose. La liste est longue comme le bras alors je vous laisse découvrir la notice du Mayaris 2 pour toutes les connaitre. Mais je vais tout de même vous parler de celles qui m’ont clairement tapé dans l’oeil :

L’encodeur central et ses 4 modes

On commence avec l’encodeur central en bas du volant. Ce petit encodeur à 4 modes d’utilisation différents, tous incrémentaux (+ ; -). Pour passer d’un mode à l’autre, il suffira de cliquer sur l’encodeur. Chaque mode peut être renommé pour que son nom apparaisse clairement sur l’écran OLED présent juste au dessus. Vous n’utilisez pas les 4 modes ? Ce n’est pas grave ! Vous pouvez choisir d’en retirer dans le menu interne du volant pour ne pas avoir des fonctions vides qui trainent dans vos pates pendant que vous roulez.

C’est aussi via cet encodeur que vous accédez au menu interne du volant qui permet de régler et calibrer tout ce qu’on peut imaginer. Appuyez une bonne seconde sur l’encodeur pour lancer le menu qui s’affichera sur l’écran OLED.

Les encodeurs 8 positions et leurs 3 modes

Passons ensuite à l’encodeur « centre gauche ». Celui-là est équipé de 8 positions absolues et dispose de 3 modes d’utilisation différents activables en cliquant sur l’encodeur rotatif au niveau du pouce gauche. Le mode 1 permet de l’utiliser « normalement » comme un encodeur 8 positions. Le mode 2 vous permettra de choisir avec l’encodeur quelle sera la fonction du bouton n°6 en bas à droite de la roue. Et le mode 3 permettra de choisir la fonction de l’encodeur rotatif (+ ; -) au niveau du pouce droit. C’est pas clair ? Allez jeter un œil à la vidéo test ça serait plus visuel ^^. Lui aussi a bien entendu son propre écran d’affichage OLED et chaque fonction de chaque mode est re-nommable.

Enfin, je passe à l’encodeur 8 positions « centre droite ». Celui-ci change de fonction quand on clic sur l’encodeur droit situé près du pouce. Et il dispose de 3 modes d’utilisation re-nommable et d’un écran OLED, bien entendu. Pour lui pas de « fioritures excessives » chaque mode va juste changer l’utilisation du sélecteur 8 positions.

Les Dual Clutch avec 6 points de friction paramétrables

Quand Rexing fait des Dual Clutch, ils vont au bout de l’idée ! Non content de pouvoir déjà changer le point de friction directement depuis le menu du volant, vous allez aussi pouvoir sauvegarder 6 points de friction différents. L’intérêt ? Calibrer pile poil votre point de friction selon vos bagnoles ou simus pour vous assurer de faire des départs d’anthologie. Le tout, sans avoir à repasser par la case réglage à chaque fois que vous changez de caisse ou de titre.

Et parce qu’après tout, « pourquoi pas » : Vous pouvez aussi choisir entre le mode Auto Priority qui va automatiquement définir la palette principale et la palette de relâchement au point de friction. Ou bien définir une règle fixe d’utilisation pour chacune des 2 palettes d’embrayage.

Confort et sensations

Je vais vous avouer un truc. En temps normal, un test de volant ça prend 2 à 3 semaines grand max. C’est moins long qu’une base ou un pédalier, qui prennent généralement 3 à 4 semaines, parce qu’il y a moins de choses « techniques » à analyser et moins de réglages à tester. Et bien, pour le Mayaris 2, j’ai pris plaisir à faire traîner le test sur plus d’un mois.

Le confort des grips qui tiennent parfaitement en main, l’ergonomie des boutons qui tombent naturellement sous les pouces, le plaisir à l’activation des palettes, la lisibilité des écrans et des afficheurs LED… Tous ces éléments rendent le roulage sur ce volant extrêmement plaisant. Pour moi en terme de confort en piste c’est un sans faute. Tout est pensé pour le plaisir des mains, du choix des encodeurs aux chanfreins à la finition parfaite partout où les pouces pourraient s’aventurer.

En piste, une fois qu’on a pris le temps d’apprivoiser ses fonctionnalités, on ne fait rapidement plus qu’un avec la bête. Ce volant est un vrai bijoux. Un cadeau de la vie totalement déraisonnable certes, mais que je me devais de vous faire connaitre.

Mon verdict sur le Rexing Mayaris 2

9.5Score Expert
Une énorme claque.

Que ce soit sur ses fonctionnalités, ses affichages ou sa finition, le Rexing Mayaris 2 à tout d’un grand volant. Bien sûr dans cette gamme de prix, tous les volants sont incroyables et c’est avant tout une question de goûts personnels qui vous fera balancer d’un modèle à l’autre, mais si vous avez les moyens et que ce volant vous fait de l’œil, je ne peux que vous le conseiller vivement.
D’ailleurs, pour la petite histoire, ne pouvant me résoudre à le renvoyer à la marque, on a fini par le garder !

Matériaux
9.5
Ergonomie
9.5
Design
9.3
Qualité de conception
9
Confort d’utilisation
9.5
Sensations
10
Il nous plait pour…
  • Finition tout bonnement exceptionnelle.
  • Design très réussi.
  • Les fonctionnalités sont HYPER complètes et assez simples à prendre en main.
  • Le grand écran parfaitement lisible.
  • Les petits écrans OLED très utiles pour naviguer dans les fonctionnalités rapidement.
  • Un pur plaisir entre les mains, on ne veut pas s'arrêter de rouler avec le Mayaris 2.
  • SAV ULTRA-réactif.
Attention à…
  • Les encodeurs rotatifs situés juste au dessus des pouces sont assez tendres, si vous roulez avec des gants ça peut pousser à un manque de précision dans leur utilisation.
  • Il pourrait être judicieux que les boutons rétroéclairés aient des bordures sur leurs contours pour placer et centrer plus facilement les stickers.
10
TEST & avis Rexing Mayaris 2 : la CLAQUE !

Le Rexing Mayaris 2 en bref Coup de coeur

Le Mayaris 2, c’est un volant Formula de luxe qui clairement ne s’adresse pas au commun des mortels. Et ça tombe bien, parce que ce volant n’a rien de « commun ». Avec ses fonctionnalités ultra-complètes, ses écrans pratiques, lisibles et utiles ainsi que sa finition à couper le souffle, c’est à ce jour LE meilleur volant qu’on ait eu en test, point barre.
Sam
Sam class="mb10">

Rédacteur en chef et fondateur du site, la passion du SimRacing m’accompagne depuis l’enfance. Après une quinzaine d’années sur console je suis passé du côté des joueurs PC et je passe le plus clair de mon temps sur RF2 et Assetto Corsa. Ma seule volonté : retrouver à la maison les sensations que procurent les véritables bagnoles de compétition. C’est dans cet esprit que je pars aussi souvent que possible sur les routes pour découvrir du matériel et avoir les retours d’expérience de pilotes professionnels. Vous pouvez aussi me retrouver sur la chaîne Youtube Sam et Flo dans laquelle nous partageons nos essais et voyages autour de la simulation automobile.

Je serais ravi d'avoir vos avis !

Laisser un commentaire

Le blog Simracing de Sam et Flo
Logo