Fernando Alonso et le Simracing

La pandémie et le confinement quasi mondial ont changé les habitudes du monde entier à partir du mois de mars 2020. Mais comment faire pour garder enfermés pendant des mois des passionnés de courses, nés pour la compétition ? Pour de nombreux pilotes de F1 comme Fernando Alonso, la réponse s’est trouvée dans le simracing.

Certains pilotes étaient déjà des habitués des paddocks virtuels. Mais Alonso n’avait jamais vraiment accroché avec la simulation avant le confinement.

Dans cet article, je vous propose de découvrir son palmarès et ses coéquipiers et surtout son setup sur les pistes virtuelles !

Le palmarès Simracing de Fernando Alonso

Le double champion du monde de F1 n’a succombé que tardivement à l’appel du simracing. Même s’il avait déjà formé une équipe de simracing en 2017 dont nous parlerons plus bas, il n’était pas encore un joueur assidu. Il a fallu attendre mai 2020 pour que Fernando Alonso prenne le taureau par les cornes et participe à sa première course sur la simulation rFactor 2.

Quelques semaines après avoir monté son setup il avait déjà un beau palmarès à son actif :

  • Se classe 4ème en qualification à Zandvoort (rF2) avec un retard de seulement 0.264 secondes sur la pôle position de Jan Magnussen. Il n’avait reçu son setup de simracing que 12h avant l’évènement.
  • Remporte 2 Trophées Race Legends à Indianapolis en tracé principal puis en tracé inversé (rF2)
  • Remporte 2 trophées Race Legends de plus sur Silverstone (rF2)
  • 5 victoires consécutives sur le circuit de Monaco (rF2)
  • Victoire de son équipe aux 24h de Spa-Francorchamps (iRacing). Ses co-équipiers pour cette course étaient Rubens Barrichello et Tony Kanaan.
  • Participe aux 24h du Mans (rF2) en équipe avec Rubens Barrichello et deux simracers Olli Pahkala et Jarl Teien.

L’avis de Darren Cox sur Fernando Alonso en simracing

Darren Cox est à l’origine de l’intérêt de Fernando Alonso pour le simracing. Il est aussi le PDG de Torque ESport. Voilà ses impressions concernant Ferando Alonso sur pistes virtuelles.

Le plus impressionnant dans les performances ESport de Fernando, c’est sa motivation. Chez Torque ESport nous étions en charge de la direction de son équipe pour les 24h du Mans virtuelles. Je n’ai jamais vu un pilote virtuel ou réel aussi motivé !

Il boostait l’équipe en aidant ses coéquipiers, des joueurs qu’il n’avait jamais rencontré auparavant. Il était très sympa et solidaire. En simracing on a aussi des ingénieurs, Fernando leur donnait des commentaires sur l’ingénierie, des debriefings et donnait des conseils sur les réglages de la voiture. Il parlait aussi stratégie de course en fonction des évènements qui pourraient survenir.

Bref, il ne faisait pas seulement acte de présence, il était aussi présent qu’il l’est en Week end de course réelle.

Pareil lors de sa participation au Trophée Race Legends (rF2), que nous avons organisé quand les courses réelles ont été suspendues. Fernando a remporté plusieurs de ces courses. Ce qui l’a démarqué ce sont les efforts considérables qu’il a déployé. Il ne se contentait pas d’être bon avec son volant et ses pédales, il pensait aussi à l’aspect psychologique et stratégique de la course pour surpasser ses concurrents.

Beaucoup de jeunes pilotes ont pu participer à des évènements ESport à ses côtés. Sa popularité atteint aussi les nouvelles générations de passionnés d’automobiles.

Un an avant la pandémie, le simracing était encore méprisé par les puristes. Mais maintenant, c’est considéré comme une opportunité incroyable ! Les équipes peuvent se faire connaitre même en temps de crise. Et ça donne l’opportunité de promouvoir le sport, d’en parler aux plus jeunes des fans qui en sont l’avenir.

La panne des 24h du Mans 2020

C’est une belle soirée pour faire un peu de vélo… ! Ce ne sont les 24h qu’on espérait !

Allinsports, Barrichello, Pahkala et Teien, des idées pour le prochain challenge ? Les 24h de Spa ? Le Nurburgring ? Daytona ?

Tweet de Fernando Alonso le 13 juin 2020

Alors que la course commençait, la voiture de Fernando Alonso et Rubens Barrichello a été victime d’une erreur humaine puis d’un glitch du jeu qui ont avorté leurs chances de concourir dans des conditions normales.

Jarl Teien avait réussi à qualifier la voiture en 13ème position pour le départ et Alonso était remonté rapidement en 10ème place.

Malheureusement, alors que le pilote essayait de prendre un tour sur une Porsche, il heurte la voiture et la sort de la piste. En punition, il reçoit une pénalité Stop and Go de 1 seconde. Le souci, c’est que la pénalité est tombée exactement au moment où il entrait dans les stands pour un arrêt planifié. C’est là que le glitch est intervenu.

Incapable de faire le plein d’essence, Alonso passe de longues minutes a essayer de régler le souci mais rien n’y fait. Quand il ressort des stands il n’a plus assez de carburant pour faire un tour supplémentaire.

Barrichello était tellement déçu de cette nouvelle qu’il fit tout ce qu’il pu pour que les commissaires de course laissent la voiture revenir en piste. Finalement il purent reprendre la course grâce à un drapeau rouge et même s’ils avaient 6 tours de retard ils ont inscrits quelques très bons temps au tableau.

A noter que dans cette course on retrouvait aussi Max Verstappen en équipe avec Lando Norris courants pour l’équipe Redline.

Fernando Alonso s’engage pour les 24h de Daytona iRacing 2021

En janvier 2021, Fernando Alonso, Rubens Barrichello et Tony Kanaan font équipe en partenariat avec Allinsports et WTF1 pour concourir aux 24 heures de Daytona sur iRacing.

WTF1 est une équipe de ESport créée par Anton Stipinovich, un ancien ingénieur qui a entres autres travaillé pour Ferrari, McLaren et RedBull. C’est aussi lui qui a créé la marque Allinsports. Bref, il pèse dans le game comme on dit !

Retrouvez le podcast WTF1 pendant lequel Alonso, Barrichello et Kanaan parlent de l’évènement.

Après 24h de course intense, la voiture de Fernando Alonso termine en deuxième position !

Les 24h du Mans virtuelles 2022

Alonso est à nouveau présent pour les 24h du mans virtuelles qui ont lieu du 15 au 16 janvier 2022. Mais cette fois c’est il reste au paddock en tant que coach de la voiture #36.

Je suis excité d’être le capitaine de l’Alpine #36 pour les 24h du Mans virtuelles. J’adore les courses d’endurance et c’est toujours bon de rester en contact avec le monde de la course pour moi. Ces dernières années, le simracing est devenu de plus en plus populaire et professionnel. J’ai hâte d’aider Victor Martins, l’un de nos pilotes chez Alpine Academy. Il a de l’expérience en simracing et je suis sûr que la voiture #36 grâce à ses pilotes talentueux saura être compétitive.

Fernando Alonso, Capitaine de l’équipe #36 Alpine

C’est ma première course officielle en ESports. Je suis et ravi de partager cette expérience avec Fernando Alonso. Ca va être intéressant de voir comment il s’adapte à ce type de compétition. J’espère beaucoup apprendre de lui et appliquer ce que je tirerais de cette expérience dans ma carrière de pilote. On va bien s’amuser et j’ai hâte de commencer les préparatifs pour la course.

Victor Martins, Pilote dans la voiture #36 Alpine ESports

Après ma participation aux 24h du Mans virtuelles 2020 en tant que Manager, je suis ravi de diriger l’équipe Alpine ESports. C’est un honneur d’avoir l’opportunité de travailler avec Fernando. Mais je n’oublie pas Victor, contre qui j’ai eu la chance de courir en simracing par le passé. L’engagement de ces deux champions montre tout le potentiel de cette discipline. Et surtout, ça nous montre à quel point la ligne entre course réelle et virtuelle est devenue fine. On a beaucoup de travail pour relever ce défi. Ce qui est clair c’est que chacun d’entre nous fera le maximum pour amener un bon résultat à l’équipe.

Richard Arnaud, Chef d’équipe Alpine ESports

Le setup simracing de Fernando Alonso

On peut dire que le pilote de F1 s’est fait plaisir pour lancer sa carrière ESport dans les règles de l’art. Voyons le matériel que Fernando Alonso a choisi pour se lancer en simracing.

Cockpit Allinsports

Ne vous attendez pas à retrouver un cockpit « grand public » dans le salon de Fernando Alonso. Quand il a décidé de se mettre sérieusement au simracing il a passé commande chez Allinsports.

Allinsports c’est quoi ? Une entreprise basée à Miami qui conçoit des cockpits sur mesure pour les professionnels et clients fortunés.

C’est vers cette marque que se sont dirigés Rubens Barrichello, Charles Leclerc, Juan Pablo Montoya, Sebastian Vettel et Kimi Raïkkönen… Et bien d’autres !

Alonso a commandé 2 modèles identiques, le premier pour son appartement de Lugano en Suisse et l’autre pour sa résidence en Espagne.

Il s’agit de cockpits Allinsports eRacer tubulaires qui ne sont pas présentés sur le site officiel de la marque. Les prix non plus ne sont pas indiqués.

Mais pour information Juan Pablo Montoya a fait la promotion d’un modèle Allinsports assez proche de celui de Fernando Alonso et qui valait 25.500€.

le cockpit simracing de fernando alonso

Le siège est aussi fabriqué par la marque en fibre de carbone. Et l’écran est un moniteur Samsung de 49 pouces incurvé.

Base volant Fanatec Podium F1

En ce qui concerne la base volant et sa roue, Allinsports a choisi d’équiper son cockpit d’un Fanatec Podium F1. Modèle qui équipe de très nombreux cockpits de simracers professionnels.

Pédalier Allinsports

Au niveau du pédalier, Allinsports a équipé le cockpit d’un système fait maison.

La marque est en effet habituée à créer ses propres périphériques.

Le pédalier comporte 2 pédales dont un frein équipé d’un Load Cell et de caoutchoucs de suspension réglables.

pédalier de fernando alonso en simracing

Sur quelle simulation retrouver Fernando Alonso ?

Il est très compliqué voire impossible de croiser Fernando Alonso sur les serveurs publiques. Quand il participe à une course, c’est généralement pour participer à une compétition officielle organisée par des équipes professionnelles. Concernant ses simulation favorites on retrouve rFactor 2 et iRacing.

FA Racing G2 : l’équipe ESport de Fernando Alonso

En 2017, Fernando Alonso décide de s’allier à l’équipe G2 ESports et à la marque Logitech pour lancer une équipe de simracing : La FA Racing G2 Logitech G.

C’est alors la toute première équipe d’ESports a s’associer à un véritable champion de Formule 1. Cependant à l’époque, Alonso n’est pas encore un mordu du simracing. Il voit ce challenge comme un moyen de s’amuser et de réunir des passionnés du monde entier.

L’intention était bonne mais peut-être que les partenaires l’étaient moins ? EN tous cas l’équipe n’a pas donné signe de vie depuis février 2020.

Amusant quand on sait que seulement 3 mois plus tard, Alonso fera ses véritables débuts en simracing en roulant non pas sur un volant Logitech mais Fanatec !

Tags :

Je serais ravi d'avoir vos avis !

Laisser un commentaire

Les meilleurs Volants
Logo