Test du Thrustmaster T818 Ferrari Edition : pas simple…

Le Thrustmaster T818 Ferrari Edition a une mission : Rappeler au simracers du monde entier que la marque française fut le leader du simracing pendant plus d’une décennie. Et qu’elle est encore capable de sortir du matériel au top de l’innovation. Mais est-ce encore le cas ? Il aura fallu attendre longtemps pour voir Thrustmaster enfin nous proposer un Direct Drive. Et longtemps pour qu’on puisse nous même enfin l’essayer.

Deux ans se sont déjà écoulés depuis la sortie du Fanatec CSL DD, celui qui a à tout jamais changé la face du monde de la simulation. Et on ne compte même plus les marques émergentes qui ont lancé leurs modèles dans la foulée.

Après des années d’attentes, je suppose qu’on est en droit de se dire que les équipes de Thrustmaster ont eu le temps d’étudier en profondeur la concurrence. Ils nous ont donc certainement pondu un modèle qui sera capable de dézinguer tous les modèles d’entrée de gamme dans le monde du Direct Drive. N’est-ce pas ? (??!??)

Ce qui est bien :
  • Esthétiquement il a du charme.
  • Son couple de 10Nm suffira pour la majorité des joueurs.
  • Le retour de force est comme promis assez réactif.
  • On peut supprimer les problèmes d’oscillation du retour de force facilement.
  • Très peu de clipping (saturation du retour de force) même en forçant.
  • La pince de table est fournie.
Mais…
  • Des réglages de retour de force quasi inexistants et un logiciel qui nous replonge dans les années 90
  • Le Quick Release en plastique n’a rien de rigide
  • Un bouton coupe couple inutilisable en tant que tel !??!
La marque Française a surement du faire face à de nombreux défis lors de la conception de ce T818. Mais malgré tout son potentiel, ce Direct Drive va avoir beaucoup de difficultés à convaincre face à ses concurrents, surtout dans cette gamme de prix.

Le Thrustmaster T818 techniquement ça donne quoi ?

le Thrustmaster T818 Edition Ferrari installé sur le chassis
CompatibilitéPC
Dimensions22,43cm de long QR inclus, 18,85cm de haut et 18,85cm de large
MoteurDirect Drive (moteur pas à pas)
CouplePic : Non communiqué
Continue : 10Nm de couple constant
Montée en couple : Non communiquée
EncodeurNon communiqué
Amplitude de braquage40° à 1080° réglable via le logiciel Thrustmaster
Connectiques1 sortie USB-C vers PC
1 Alimentation
1 connectique pour brancher un pédalier Thrustmaster
1 RJ45 « DIO » mystérieuse
1 connectique cachée qui servira pour de futurs produits
Mode de fixation de la roueNouveau système Quick Release de Thrustmaster

Design et ergonomie

A la sortie du carton, il faut avouer que le T818 édition Ferrari est assez joli. Sa forme hexagonale est plutôt agréable à l’œil, même si je vous l’accorde c’est une question de goûts.

Sur les deux faces latérales supérieures on retrouve des plaques en métal. Ces plaques peuvent être changées par d’autres couleurs en option. La première côté gauche est aux couleurs de Ferrari avec un beau beau logo au cheval cabré. Et du côté droit le logo Thrustmaster accompagné de 4 boutons.

Deux boutons paramétrables en jeu, un bouton de sélection du mode de la base et du pédalier (pour passer par exemple du pédalier position GT au pédalier position formule) et d’un bouton coupe couple.

  • Dans le carton :
  • Base Thrustmaster T818
  • Volant Ferrari SF1000
  • Adaptateur de Quick Release
  • La pince pour table
  • 1 bloc d’alimentation
  • 1 Cable USB-C – USB

Sur la face avant on retrouve une grille en plastique qui encadre le nouveau Quick Release de la marque. Le tout cerclé d’une bande LED qui illuminera nos longues session de jeu. Globalement, le design est sympa y’a pas à dire.

On passe à l’arrière

J’aurais apprécié qu’on puisse brancher tout notre écosystème TM directement à la base.

Après tant de poésie, on retourne la bête, direction la face arrière. C’est là qu’on trouve les connectiques, peu nombreuses, mais ne commençons pas à râler (tout de suite). J’y retrouve l’alimentation, la prise USB-C pour connecter la base au PC, la prise DIO dont on ne connait pas encore la fonction (mais j’ai ma petite idée…). Une connectique pour brancher votre pédalier Thrustmaster si vous en avez un. Et enfin une connectique cachée sous un capot (que j’ai évidemment retiré plus tard) à la fonction mystérieuse. Les paris sont ouverts en commentaires ^^

Le bouton ON/OFF sur la façade arrière ce n’est pas ce que je préfère. Pourquoi ? Tout simplement parce que le Thrustmaster T818 est équipé d’un moteur pas à pas qui se calibre à chaque démarrage. Ce qui signifie que quand vous appuyez sur le bouton vous devez vite dégager votre bras pour ne pas gêner le volant dans sa calibration. Mais rien de dramatique.

Ce test se concentre sur la base T818, pour retrouver les infos sur le volant SF1000 ça se passe juste là !

Installation du Thrustmaster T818 sur le châssis

Pour la pose sur châssis, Thrustmaster nous a préparé une petite surprise ! Les 4 pas de vis M6 sous la base ne correspondent plus du tout à leurs anciens modèles. Concrètement ça se traduit par un truc tout bête : aucun châssis n’est compatible sans avoir à percer votre plaque de fixation ou sans posséder un adaptateur. De plus en plus de marques nous font ce genre de blagues en ce moment. Est-ce qu’ils font tant d’argent que ça avec les ventes d’adaptateurs ?

  • Les 4 options de montage :
  • 4 pas de vis M6 (entraxe 63mm x 79mm)
  • Adaptateur incliné (135mm avec 7 emplacements espacés de 9,65mm chacun en profondeur)
  • Adaptateur + équerres pinces de table (idéalement posé sur une table en matériau plein de de 25 à 40mm d’épaisseur)
  • Adaptateur plat pour cockpit (en option pour 39,99€)
L'option pince de table est fournie de série dans le pack Ferrari Edition, une bonne nouvelle !
Les pinces et l’adaptateur fournis dans le pack Ferrari

Mais on a eu le très grand plaisir de découvrir que l’adaptateur qui sert aussi de pince de table est fourni avec le T818 édition Ferrari. On n’en demandait pas moins non plus ! Car les acheteurs du T818 conventionnel devaient l’acheter en option. Et même si l’adaptateur pour châssis « plat » n’est pas fourni, au moins on a une option d’installation viable dans le carton.

Je m’attarde un petit instant sur la pince pour table. Elle permet de poser la base sur un bureau qui fait une épaisseur entre 15 et 41mm. Cependant, la notice d’utilisation recommande des plateaux d’une épaisseur comprise entre 25 et 40mm. Et pour le coup, niveau rigidité, c’est très bien. Les deux pinces sont en métal bien épais et pour les avoir testés sur notre table de salon, je peux vous dire que c’est très efficace.

Le nouveau Quick Release Thrustmaster ça donne quoi ?

Le QR sur l’arbre de direction et l’adaptateur pour les anciens volants TM

Pour installer le volant sur l’arbre de direction, Thrustmaster a préparé un Quick Release tout beau tout neuf. Je ne vous le cache pas, j’avais HYPER hâte de l’essayer. Car n’oublions surtout pas que c’est le modèle T500 qui a lancé la grande valse des systèmes de volants détachables à l’époque. Une innovation majeure dans l’univers simracing à l’époque !

Mais l’ancien système était, disons le franchement, complètement dépassé. Il y avait trop de flexibilité, il n’était pas pratique à l’utilisation… Bref, il était temps de changer.

L’adaptateur de Quick Release pour tous les volants de la marque

Et qui dit changer de Quick Release, dit qu’il faut un adaptateur pour toutes les roues de volant qu’a sorti Thrustmaster jusque là. La base est donc livrée de série avec un adaptateur rendre compatible toute leur gamme avec le nouveau système. Je l’installe sur la roue SF1000. C’est assez simple, il suffit de faire entrer l’adaptateur dans l’ancien QR, de visser la bague de serrage et de poser la vis de sécurité dans le trou qui est prévu à cet effet.

Facile, pratique. Par contre n’espérez pas faire passer facilement votre adaptateur sur vos autres volants (si vous en avez). Pour le retirer il est impératif d’utiliser un tournevis plat pour faire levier et le ressortir du QR du volant. Ce n’est pas facile à faire et ça laisse des marques sur l’adaptateur. L’idéal donc si vous avez plusieurs roues de volant TM à la maison sera acheter d’autres adaptateurs qui coûtent 34,99€. Un tarif qui me semble raisonnable si on regarde ce qui est pratiqué par les autres marques sur les QR.

Premier essai du QR : le plastique c’est pas fantastique

Pour la pose c’est très simple, on déplie le levier de blocage en métal, on insère le volant sur l’arbre de direction et on rabat le levier en s’assurant qu’il est bien rabattu à fond. Le tour est joué ! Ce n’est pas le système le plus pratique, mais ce n’est pas le plus mauvais non plus. Ca fait le boulot point barre.

Là ou je ne suis pas content par contre, c’est sur la flexibilité qu’il y a dans ce QR. C’est très flexible. Et c’est normal, puisque le QR est en plastique ! Je me retrouve avec beaucoup de flexibilité latérale et des grincements qui me laissent comprendre que les pièces en plastique frottent les unes sur les autres. C’est d’ailleurs quelque chose que j’aurais l’occasion de vérifier en retirant le volant. Son QR plastique montrait de légères traces d’usure issues du frottement entre les pièces.

Ca pour moi, en 2023, ça ne devrait pas exister.

Enfermé dans un écosystème à nouveau ?

Nous sommes en 2023 au moment de ce test, et les Simracers NE VEULENT PLUS se retrouver enfermés dans un écosystème. La problématique, c’est qu’avec ce modèle d’adaptateur de Quick Release, nous ne pourrons jamais poser autre chose qu’une roue Thrustmaster sur le T818. C’était encore une idée acceptable il y a 2 ans mais aujourd’hui c’est un gros point négatif.

Toutes les marques SimRacing, TOUTES, à l’exception de Thrustmaster et Logitech ont compris que l’ouverture à d’autres marques de volants était devenu un indispensable. D’autant plus qu’il faut bien l’avouer, Thrustmaster ne propose aucun volant haut de gamme. Ou au moins à la hauteur des concurrents dans l’univers du Direct Drive. J’ose donc espérer que l’arrivée prochaine du volant Ferrari 488 GTE montrera une montée en gamme de la marque.

Les réglages via le logiciel Thrustmaster

le logiciel du Thrustmaster T818 est disons... rudimentaire

On fait un bref tour d’horizon du logiciel… Enfin, du control panel. Vous le voyez on est loin des standards en matière de design mais passons. Sur la première page on retrouve l’angle de rotation qui peut passer de 40 à 1080°. Dommage de ne pas avoir laissé le choix au joueur d’ajouter plus d’angle de rotation ! Je pense par exemple aux fans de simulateurs de camion (oui j’avoue je kiffe Euro Truck Simulator 2) qui resteront sur leur faim. Toujours sur la première page on a les boutons et encodeurs de notre base et de notre volant.

Puis sur la seconde page, on va retrouver nos réglages de retour de force et les couleurs des LEDs de façade.

Et côté retour de force, j’avais de grandes inquiétudes pour TM. Dans leurs communiqués, ils disent avoir choisi de filtrer le moins possible le retour de force envoyé par les jeux. Ce choix philosophique justifierait le fait que le logiciel ne propose pas de réglages fins du retour de force de la base.

DONC, au lieu d’avoir accès à une série de curseurs qui nous permettraient de créer pile poil le retour de force qu’on veut selon la simue utilisée… On va devoir se contenter de 4 préréglages créés par Thrustmaster et d’un curseur qui nous permet d’ajouter plus ou moins d’amortissement (souvent aussi appelé Damper)

Nous voilà donc avec 4 réglages : Confort, Sport, Performance et Extrême. Plus vous allez côté confort moins vous aurez de détail dans le retour de force. Avec une sensation de plus en plus amortie. Et plus vous allez vers le mode Extrême, plus vous avez de détails et de mouvements vifs. Personnellement celui que j’ai le plus apprécié était le performance. Equilibré sans être trop abrupte et relativement « ok » sur toutes les simus.

EDIT !

Suite à une mise à jour du logiciel, un nouveau curseur est apparu. Il s’agit d’un réglage de linéarité du retour de force. Et c’est une très bonne nouvelle pour une raison simple : ça permet de supprimer complètement les oscillations que produisent les FFB de certains jeux.

Ne le mettez pas trop fort sous peine de perdre beaucoup de feeling au centre du volant. Mais un réglage entre 10 et 15% m’ont par exemple permis de supprimer complètement les oscillation d’Assetto Corsa. Un exploit !

Confort et sensations

On passe enfin sur la piste ! Cette fois j’ai choisi de commencer mes roulages sur rFactor 2. C’est à mon sens la simu avec le retour de force le plus détaillé du marché à l’heure actuelle, et c’est un bon titre pour se rendre compte des limites d’une base.

Au départ j’étais en mode Sport avec la force à 100%. Concrètement, ça manquait de détails et d’infos, j’ai donc choisi de tout de suite passer en mode performance. Et là, je dois avouer que le retour de force était plutôt bon ! J’ai pu retrouver beaucoup de détails de piste et une belle réactivité de la base sur les pertes d’adhérence.

La réactivité est le cheval de bataille du T818 au cheval cabré (poétique non ?). Et même si la marque a choisi de ne pas communiquer les données chiffrées liées à cette réactivité, je dirais qu’elle est dans la moyenne haute des modèles Direct Drive d’entrée de gamme.

Autre point positif, même en poussant la puissance du jeu assez haut, je n’ai pas trop de clipping. Bien entendu il est toujours possible d’en avoir comme sur n’importe quelle base en poussant les réglages dans leurs retranchements. Mais globalement je suis satisfait par le rapport force/détails que le T818 est capable de donner. N’oublions pas que la base n’a pas un gros moteur, et ses 10Nm sont utilisés de façon intelligente.

Clipping :

C’est le point de saturation du retour de force de la base. Quand les données envoyées par le jeu sont supérieures à ce que le moteur est capable de transmettre, alors vous n’avez plus le moindre détail dans le retour de force mais juste de la force brute sans aucune nuance. Et ça, vous devez l’éviter à tous prix évidemment.

Je suis par contre moins séduit sur iRacing. Le manque de réglages sur le logiciel TM ne m’ont jamais permis de créer vraiment le feeling que je recherche. Par contre sur Assetto j’étais ravi de me débarrasser des oscillations de façon aussi efficace que peu couteuse en détails.

Mais encore une fois, pourquoi ne pas nous permettre d’aller peaufiner le retour de force de la base ? Il pourrait être excellent !

Pourquoi brider les joueurs ?

Alors oui c’est jouable, et pour quelqu’un qui n’a jamais touché à un Direct Drive de sa vie ça fera la blague… Mais pour n’importe quel joueur sérieux qui sait ce que la concurrence est capable de produire, le fait de ne pas pouvoir customiser le retour de force est une vraie problématique. Sur F1 23 c’était presque parfait mais sur touts les autres jeux il a fallu faire de lourds compromis. A une époque où même les marques nouvelles arrivent à pondre des logiciels « relativement efficaces », le choix de TM est très dur à soutenir.

Le bouton coupe couple on en parle ?

Hey Bernard ! Le bouton coupe couple on s’en fout non ? On le met pour faire genre quand même hein !

Mon interprétation personnelle et imaginaire de la réunion Coupe Couple chez TM

Une base Direct Drive, c’est puissant et ça peut parfois être brutal. Le bouton coupe couple permet de vite neutraliser le retour de force de la base si le volant devient incontrôlable. Il doit être positionné à un endroit éloigné des mouvements du volant pour éviter que vous vous blessiez en essayant de l’activer. On doit aussi pouvoir le désengager pour rapidement relancer le couple du moteur sans avoir à redémarrer la base. Car s’il faut redémarrer la base, dans pas mal de simus ça veut dire devoir redémarrer la session ou le jeu. Dans une course en ligne ça signifie tout simplement un abandon…

Alors ce coupe couple il marche bien ?

Et bin pas de bol ! Pour activer celui du Thrustmaster T818 vous devrez passer votre bras assez près sur la droite de votre volant. On a donc un bon risque de se prendre un coup de volant dans le poignet ou l’avant bras. Mais après tout la sécurité c’est pour les petites… euh… bon. Mais autre souci, pour redémarrer le couple de la base, il faut obligatoirement la redémarrer complètement. Voilà voilà.

Ce qu’on a pensé du Thrustmaster T818 Ferrari Edition

7.1Score Expert
Il y a encore du boulot

A une époque pas si lointaine, Thrustmaster c’était la marque qui mettait tout le monde au diapason. Leur T500RS avec son pédalier T3PA Pro c’était hors du commun à l’époque ! Ils ont apporté les volants détachables au grand publique. Le SF1000 était aussi le tout premier volant grand publique avec un vrai écran intégré. C’est les mecs de chez Thrustmaster qui ont aussi créé l’incontournable T300 ou encore la boite de vitesse TH8A increvable et le frein à main siglé Sparco.

Mais qu’est-il donc arrivé à cette force d’innovation et d’avant garde ?

Ce T818 avait TELLEMENT de potentiel, ça se sent et ça se voit. Et je suis persuadé que les équipes de R&D ont fait le maximum pour trouver des compromis qui soient aussi viables avec les contraintes qu’on leur a donné. Le problème c’est que ce potentiel on ne pourra pas en profiter en l’état. Le logiciel ne va pas, le QR ne va pas, les réglages sont inexistants ou presque, le bouton coupe couple ne remplit pas sa fonction élémentaire… M*RDE. Quand est-ce que ça a foiré ?

Je suis peiné de voir une marque que j’apprécie depuis que je suis gamin se laisser bouffer par la concurrence. Le T818 me laisse un goût amer d’inachevé. Ce que j’ai trouvé sur ce modèle aujourd’hui, c’est le genre de choses que je m’attends à voir sur un prototype, pas sur un modèle fini et commercialisé.

Je reste néanmoins persuadé que TM peut et sait casser des cu*s. Et j’ai hâte de les voir revenir dans la bataille. Mais non de non magnez vous et écoutez les simracers !

Matériaux
7
Ergonomie et Design
8.5
Qualité de conception
5
Confort d’utilisation
8
Sensations
7
Il nous plait pour…
  • Esthétiquement il a du charme
  • Son couple de 10Nm suffira pour la majorité des joueurs
  • Le retour de force est comme promis assez réactif
  • On peut supprimer les problèmes d'oscillation du retour de force facilement.
  • Très peu de clipping (saturation du retour de force) même en forçant.
  • La pince de table est fournie
Attention à…
  • Des réglages de retour de force quasi inexistants et un logiciel qui nous replonge dans les années 90
  • Le Quick Release en plastique n'a rien de rigide
  • Un bouton coupe couple inutilisable en tant que tel !??!
La marque Française a surement du faire face à de nombreux défis lors de la conception de ce T818. Mais malgré tout son potentiel, ce Direct Drive va avoir beaucoup de difficultés à convaincre face à ses concurrents, surtout dans cette gamme de prix.
Sam
Sam class="mb10">

Rédacteur en chef et fondateur du site, la passion du SimRacing m’accompagne depuis l’enfance. Après une quinzaine d’années sur console je suis passé du côté des joueurs PC et je passe le plus clair de mon temps sur RF2 et Assetto Corsa. Ma seule volonté : retrouver à la maison les sensations que procurent les véritables bagnoles de compétition. C’est dans cet esprit que je pars aussi souvent que possible sur les routes pour découvrir du matériel et avoir les retours d’expérience de pilotes professionnels. Vous pouvez aussi me retrouver sur la chaîne Youtube Sam et Flo dans laquelle nous partageons nos essais et voyages autour de la simulation automobile.

13 Commentaires
  1. Merci Sam pour ce test qui a le mérite de mettre en avant certains points réellement gênant et décevant sur les attentes que l’on est en droit d’avoir sur un produit par une marque qui pourtant était pionnière dans le simracing et de surcroît française…
    Penses tu qu’il nous sorte un logiciel digne de ce nom pour faire tourner leur base dans les prochains mois?

    • Merci Floh ! Pour le logiciel, je l’espère sincèrement parce que si on pouvait au moins faire des réglages fins de FFB ça sauverait les meubles. Un bon logiciel, un QR en alu et déjà on aurait entre les mains un modèle capable de se battre pour sa place !

  2. Merci à vous pour votre site, vos vidéos et ce test.
    Pour le QR, peut être Thrustmaster ne se prend-il pas la tête avec, puisqu’ils sont sensés sortir de nouveaux volants. Et quid de ce branchement qui ne sert à rien, sauf à nous laisser penser que le T818 est largement inachevé ?

    • Bonjour,
      Est ce que vous pensez que ce type de volant est compatible avec un playseat ? Ou bien le couple serait trop fort ?
      Merci !

      • Bonjour 🙂 Sur quel modèle de Playseat tu voudrais le poser ?

        • Merci beaucoup pour ton retour !

        • Bonjour,
          C’est Le playseat évolution que j’ai.

        • D’accord, alors je te déconseille de mettre un Direct Drive dessus, tous les détails du retour de force vont être bouffés par la flexibilité du support de volant. Au dessus de 5Nm l’Evolution est en PLS malheureusement.

  3. Merci Sam pour ce test complet.Il rejoint en tous points la grande majorité des tests que j’ai pu voir et lire.Possesseur d’un TX et possédant 3 volants TM, j’attendais beaucoup de ce nouveau Malheureusement, ce DD est clairement bâclé(logiciel, réglages, incompatibilité console)et ce qui me choque le plus, c’est ce QR anormalement flexible.Le pire,la concurrence fait mieux pour moins cher. Bref,je vais devoir me tourner vers l’un de ceux-ci et revendre tout mon matos TM.

  4. J ai le T818.
    Si effectivement le drivers est plus que lège (mais aps le plus compliqué à faire mettre à jour au moins), je n ai absolument aucun soucis avec le quickrelaese !
    Une fois parfaitement seré, ce qui effectivement induit un démontage quasi impossible, même sans mettre la vis de sécurité’, l alignement est parfait et aucun soucis de mvt parasites du à celui ci.
    Alors oui il faut acheter un adaptateur par volant possédé… Mais au moins on a la portabilite de l ancien ecosystem en attenant celui dedidie au T818

  5. mon t818 du 12/2022 ..
    rien à redire sur ce produit d’une façon générale et c’est pareil pour le g27 et t500 d’hier .
    son « QR » est une pièce transitoire qui permet de conduire direct avec son ancien volant et en attendant une suite ! certes qui tarde à venir .
    alors , depuis mon achat , j’utilise le t500 sur ce t818 dont la carte était hs , et une fois bien vissé ( assez fort + vis frein ) son adaptation fonctionne parfaitement .
    cet élément intermédiaire qui doit être ( selon mon ancien métier de la plasturgie ) en nylon de type 6/6 + charge en fibre de verre et bien aussi solide qu’une pièce alu dont on sait les risques selon qui fabrique . le verrouillage à clé est rapide et parfait et surtout sûr ( cette fonction coin très utilisée dans bon nombre de domaines ) . je ne constate pas de jeu ou de torsion ! surtout de torsion !la partie interne du moyeu DE LA BASE recevant le volant est bien du métal avec un surmoulage plastique mais qui n’a aucun travail de résistance à fournir , c’est cosmétique !
    de plus une petite pièce de type caoutchouc en surépaisseur est comprimée une fois la clé fermée . cette cale peut après écrasement ( des années ) , être modélisée et imprimée en 3 d avec du filament flexible pour 0.01€ environ .
    je ne possède aucun autre volant à assembler pour faire  » plus vrai  » donc je ne passe pas mon temps à jongler avec un tas de produits de diamètres formes et ergonomie différents .
    de plus je roule toujours avec les réglages proposés ( volant/ voitures ) aussi je joue dès que je m’installe et , comme on est tellement loin de la réalité du pilotage , je m’adapte aux données des développeurs plutôt que mon intuition de mécanique automobile ! d’ailleurs , sur meS voitures .. les vraies ( mon pseudo ) je fais de même JE NE BRICOLE RIEN je m’adapte .
    si vous avez ma philosophie du jeu de bagnoles de type « simus  » et que vous vouliez un produit « presque » français ( canada ) il fera le travail avec sérieux ….. ah j’oubliais ! j’ai remis la base t500 pour vérifier l’écart avec le t818 et bien , il est loin d’être ridicule et il aura fallu très peu de temps pour me le réapproprier .
    si vous êtes influençables alors , ce produit n’est pas fait pour vous .
    merci d’avoir pris le temps de me lire .

    • Et bien merci pour ce retour d’expérience très détaillé 🙂 J’espère voir très prochainement enfin de nouveaux volants chez TM qui nous permettront d’éliminer définitivement les désagréments que j’ai pu connaitre avec l’adaptateur sur le SF1000. Quand ce sera le cas je serais ravi de modifier mon avis sur ce modèle. Son retour de force est précis et performant, une très bonne base sur laquelle j’espère que les ingés TM sauront capitaliser en apportant des évolutions de leur logiciel. Excellente journée et bonne simue !

  6. Répondre
    michel duraffourg 14/02/2024 à 10h35

    bonjour ,
    j’utilise depuis sa sortie en 2023 le nouveau volant « ferrari 488 gt3  » et je confirme tout ce que j’ai dit avant sur le t818 , AUCUN problème de fonctionnement.. de ressenti..de QR.. de jeu ou de flexibilité , il n’y en a pas du tout ! le coté plastoc que vous mentionné est une faute de langage concernant les milliers de sortes de plastique dans le marché de la plasturgie car ce QR n’est pas réalisé dans du « plastoc » d’une bouteille d’évian ou d’un capuchon de stylo .
    lorsque je regarde l’empilage de pièces chez fanatec pour installer un volant je suis sceptique sur ce porte à faux démesuré ! ( pour rappel , 35mm pour le 488gt3 et 50mm pour mon vieux t500 thrustmaster nécessitant un convertisseur de liaison )
    si vous n’envisager pas de plonger dans le bain de la démesure des prix , ce t818 est fait pour vous sans sacrifier le ressenti en conduite sur les jeux à la mode !

Laisser un commentaire

Le blog Simracing de Sam et Flo
Logo